Enfin... aujourd'hui, vendredi 4 août 2017, 21h36 heure locale, me voilà avec la plupart de mes facultés, installée face à mon ordinateur, dans le très typique motel Travelodge de Barstow, non moins typique ville de l'Amérique profonde, sorte d'oasis de bruit et de lumière au milieu de... nulle part.

Que d'aventures pour en arriver là ! Je vous préviens tout de suite : à beaucoup d'entre vous qui nous donnaient des idées pour ce grand voyage, j'ai répondu, en toute sincérité, que nous (enfin, surtout moi), n'étions pas de grands voyageurs, mais que nous partions le cœur léger et plein d'enthousiasme... Comme j'avais raison !
Aujourd'hui, un petit aperçu romancé de ce grand périple, qui représente, comme vous le savez, le très beau cadeau de nos 20 ans de mariage...

Donc d'abord, les remerciements : à ceux qui, il y a 20 ans, ont, comme nous aujourd'hui, cassé leur tirelire pour nous offrir le mariage dont nous rêvions; mamie Suzanne, mamie Christiane, papi Robert et Papounet, nous vous emportons avec nous pour ce rêve réalisé, heureux de fêter cette année l'anniversaire de notre grand jour dont vous étiez les artisans, et pour lequel, certainement, nous n'avons pas su assez vous remercier....
Grâce à vous, il y a 20 ans, nous osions nous projeter dans l'avenir et formuler des prières dont tant se sont réalisées aujourd'hui...

Les plus belles étant incarnées dans les sourires et les yeux de nos 4 trésors, embarqués avec nous dans ce projet dont nous rêvions avant leur venue, puis construit peu à peu, au fil des ans, avec le désir d'en faire un vrai moment de vie que nous partagerions tous les 6...
Donc voilà, une introduction un peu longue mais bien nécessaire pour remercier nos parents d'avoir, il y a 20 ans, rendu possible le début de cette vie dont chaque jour, depuis, nous a comblés...

Revenons donc à ce dimanche 31 juillet où, après de longs mois (années ?) de préparation, nous avons commencé notre voyage... Et bien commencé : pour le trajet jusqu'à l'aéroport, nous nous sommes offerts une navette avec chauffeur !
Ben ouais, la classe à Dallas comme dirait tonton Juju ! Rien que pour les yeux écarquillés des garçons, ça valait la dépense ! Trajet sans encombre, confort maximal, zéro stress (et pour qui me connaît, c'est un exploit !), et arrivée sans encombre au terminal 1 de Roissy...
Forts des expériences (malheureuses ) de certains voyageurs nous ayant précédés, nous enregistrons nos bagages en demandant à les récupérer à Istanbul, première étape du voyage.

Appliquant scrupuleusement les conseils de tonton Hugo, je scrute les étiquettes pour être certaine que nos 6 valises partent bien toutes pour ce joyau de la Turquie... et impeccable, nous les retrouverons bien à Istanbul, et plus tard, à Los Angeles, toutes les 6 ! Merci Hugo !

Donc à Roissy, tout va bien, notre vol n'est même pas "cancelled" (les JMJ comprendront l'allusion !), mais, parti avec plus d'une heure de retard, il nous dépose à près de 2h du matin à Istanbul, après un vol tranquille...

Christophe, devenu en quelques heures le grand voyageur que je ne serai jamais, nous trouve une navette pour l'hôtel offert par la compagnie aérienne... et alors que je m'étais préparée à l'idée de dormir dans l'arrière-cour d'un kebab local, nous voilà au Radisson Blu !




Les enfants n'en reviennent pas, moi non plus, et tout nous émerveille : la gentillesse du personnel (didjou, il est quand même près de 3h du mat !), le confort des chambres (malgré la courte nuit!), le pantagruélique petit-déjeuner... C'est super chouette ! Donc, c'est officiel : Turkish Airlines ne s'est pas moqué de nous !



Navette privée pour regagner l'aéroport, enregistrement des bagages (re-pensée pour tonton Hugo !), petite attente tranquille avec 4521 points de contrôle (ben oui, on part aux Etats-Unis quand même !), presque pas de stress (!), et embarquement pour Los Angeles ! Et 13h de vol !




Pour s'occuper dans l'avion, on peut jouer à la DS, regarder un film, lire, faire des mots croisés, regarder un film, manger, dormir, regarder un film, faire des jeux de carte, jouer sur son téléphone, regarder un film... Bref, c'est un peu long mais on y arrive. Et ce n'est que lorsqu'on sort de l'aéroport que tout nous tombe dessus (enfin, particulièrement sur moi je dois dire) : la chaleur, la fatigue (il est 16h30 heure locale, 4h30 heure d'Istanbul !), le stress... Du coup, mes garçons n'arrêtent pas de me demander si ça va (je dois vraiment avoir une tête de déterrée), et mes filles se font petites souris efficaces et câlines...

Heureusement, le grand voyageur dégotte bien vite la navette pour l'agence de location de voiture, et lorsque nous découvrons l'engin qui sera notre compagnon durant près de 3 semaines, tout le monde est épaté ! Alors c'est trop la classe cette voiture, tout est dernier cri, ultra moderne et tout et tout, si bien qu'il nous faut près d'1/2 heure pour trouver comment rabattre la banquette arrière, comment allumer la clim, comment démarrer (!), comment arrêter les bips qui jaillissent de tous les côtés et comment faire taire la radio qui nous crache du R&B  sauvage dans les oreilles.... Mais rien ne nous effraie, et nous finissons par prendre la route dans un silence religieux...

Nous traversons Los Angeles sans encombre (même pas de bouchon) et atteignons notre premier hôtel, le Downtowner Hollywood Hotel, sur Hollywood Boulevard. Le temps de poser nos valises et nous nous trainons jusqu'au restau le plus proche, où notre Younette imite sa copine Maëline en piquant du nez avant même d'être servie, tandis que nous luttons tous pour garder les yeux ouverts... En réglant  la note, je ne réalise pas du tout que le service n'est pas compris et oublie donc de laisser le tip réglementaire... ce n'est que lorsque Christophe m'expliquera ma bévue que je comprendrai pourquoi le serveur ne m'a pas rendu mon sourire...
Nous nous écroulons dans nos lits, sous la clim qui rend la température de nos chambres supportable, et dormons comme des souches.... jusqu'à 2h du matin !

Laisser un commentaire
Nom :
EMail :
Message :


Ici Montgardin, ici Montgardin. me recevez-vous, me recevez-vous?Yes sir entends-je. Tant mieux.
Certes nous ne sommes pas encore sur Messenger, mais Marcelle ma belle soeur frute fute, débarquant mercredi, ce n'est qu'une question de temps?
Ici la température n'est plus de 107°f , ce qui de tête correspond à 41.666°C. un orage hier a calmé les esprits de tous ces pauvres estivants promis au déssèchement rapide....
Bonne continuation à vous. Au plaisir de lire vos "sornicaisons"
2017-08-07 - Robert PERRET

1 Message