La chronique d'Elodie - Janvier / Février 2014

- Au fond, pourquoi voulez-vous écrire, Marcus ?
- Je n’en sais rien.
- Ce n’est pas une réponse. Pourquoi écrivez-vous ?
- Parce que j’ai ça dans le sang… Et que lorsque je me lève le matin, c’est la première chose qui me vient à l’esprit. C’est tout ce que je peux dire. Et vous, pourquoi êtes-vous devenu écrivain, Harry ?
- Parce qu’écrire a donné du sens à ma vie. Au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, la vie, d’une manière générale, n’a pas de sens. Sauf si vous vous efforcez de lui en donner un et que vous vous battez chaque jour que Dieu fait pour atteindre ce but. Vous avez du talent, Marcus : donnez du sens à votre vie, faites souffler le vent de la victoire sur votre nom. Etre écrivain, c’est être vivant.

Joël ......., La vérité sur l'affaire Harry Québert

Merci à tata Lili qui, par relais interposés, m'a permis de découvrir un autre roman passionnant et chronophage, responsable de beaucoup de couchers tardifs et de quelques gâteaux brûlés, incapable de refermer le livre et de m'en détacher....
Au hasard des pages, ce dialogue entre deux écrivains, des mots qui disent un rêve et une absolue certitude : écrire, c'est laisser une trace de ce qu'on est, de ce qu'on a été, de ce dont on a rêvé... et cette chronique, depuis plus de 10 ans, est là pour ça, pour que mes enfants,  lorsqu'ils les liront, se revoient à travers mes mots, pour que ce que nous vivons au jour le jour soit inscrit ailleurs que dans mes souvenirs...
Cette chronique est dédiée à Chloé et Nathalie qui viennent de nous quitter, et, à travers elles, à ceux à qui il appartient aujourd'hui de les garder en vie à travers leurs propres souvenirs....

Le nouveau petit normand

Il est né le 12 décembre, un peu en avance, petit cadeau de Noël à savourer en famille... c'est au début de ce mois de janvier que nous sommes allés découvrir Baptiste, dernier-né de la famille, dernier (?) petit cousin et neveu... Quel bonheur de câliner ce tout-petit ! Paul et Louis  ont adoré le bercer, c'était doux de voir ces grands cousins si attendris...
Entre deux parties de jeux divers, tata et tonton, tout juste joyeux trentenaire, nous ont fait découvrir une aire de jeux formidable où petits et grands pouvaient se défouler à loisir... tandis que tonton nous faisait des démonstrations d'acrobaties, tata gardait un oeil sur son poussin tout en s'initiant aux joies de la DS... grands gamins, va.... pour ma part, le trampoline c'est risqué (j'ai interdit la publication des clichés de mes exploits), je me suis donc contentée de la piscine à balle avec les "jumeaux" Tom et Youne, qui avaient un peu besoin de calme après leurs folles acrobaties....
Impossible d'être si près de la mer sans aller y faire un tour, malgré un froid sibérien qui a rosi les petites joues... Merci de votre accueil les normands, nous étions si heureux de profiter un peu de ce petit garçon tout neuf...

Un gros mot dans les quartiers chics...

Suite des aventures ophtalmologiques de notre Younette... un contrôle de routine, et un ophtalmo pas satisfait du tout de l'évolution de la situation : nous voilà donc avec une "lettre de recommandation" et un rendez-vous chez un grand spécialiste parisien de la cornée...
Nous émergeons du métro au pied de l'Arc de Triomphe... ouah... on est dans les cases bleues du Monopoly comme dirait Frank Dubosc... Une sorte d'hôtel particulier avenue d'Iena, porte cochère, hall d'entrée, ascenseur vintage... J'imagine juste rapidement le montant du chèque que je devrai faire tout à l'heure...
Mais le plus beau, ce n'est pas ça... Ce n'est pas le comptoir de marbre clair où on me demande poliment ma carte vitale, ce n'est pas la salle d'attente avec des canapés de cuir blanc immaculés et des revues "intellectuelles" récentes (pas de vieux Gala à l'horizon, zut !), ce n'est pas l'orthoptiste aux allures de top modèle qui fait le bilan préliminaire, ce n'est pas le médecin jeune, agréable à regarder et sympathique qui nous reçoit à l'heure, non, le plus beau c'est qu'il sait ce dont souffre notre petite fille ! Cinq minutes d'examen et une demie-heure d'explications calmes et claires pour nous apprendre que notre Marion est atteinte d'une maladie rare appelée kératite phlycténulaire, très difficile à détecter, mais pour laquelle il existe un traitement, Dieu merci...
Nous repartons avec une nouvelle ordonnance, un peu de baume au coeur et un nouveau gros mot médical à notre actif... Le traitement est la première phase d'un processus qui devra impérativement mener à l'améioration de l'acuité visuelle de son oeil droit, sinon le caractère auto-immune de la maladie réduira à néant tous les efforts menés jusque-là... à suivre donc, encore un contrôle début mars et, à partir de là, on verra...

Notre papillon de 6 ans

Un tout petit cousin comme Baptiste, ça fait paraître nos enfants tellement grands ! Surtout quand notre petite dernière souffle ses 6 bougies...
En avant-première chez son parrain, avec le gâteau fait en direct !, pour profiter déjà des joies d'être grande (Christophe, elle adore tricher à Mito !), puis en douceur à la maison le jour-J, entourée de sa fratrie toujours fidèle pour grignoter le gâteau (confectionné avec amour par Paul-le-pâtissier), avant de savourer le repas gastronomique inévitable... au McDo du coin !
Quelques jours plus tard, c'était la fête en fanfare avec les copinettes et copinous en maillot de bain pour quelques plongeons à la piscine... Eau froide, mais petits baigneurs intrépides (je passais mon temps à les compter pour être sûre qu'ils étaient tous là !), heureusement que les garçons et Christophe jouaient les G.O. pour occuper toute la troupe !
De retour à la maison, les petits nageurs affamés se sont rués sur le gâteau, avant de mettre toute leur énergie à détruire la piñata afin de récupérer son contenu de bonbons... et là, et ben j'ai un truc à donner à tous ceux qui veulent faire ça, mettre une piñata à l'anniversaire de la prunelle de leurs yeux : quand vous la garnissez de friandises, pensez à... ne pas mettre de boîtes de Smarties... parce que voilà ce que ça donne : la piñata semble être en acier trempé, elle résiste cette saleté, ils y vont tous avec leur coup de bâton, on y croit à chaque fois mais non, Louis et Paul tentent leur chance, que dalle, Christophe est obligé de s'y mettre, il attaque bien l'animal, et quand Marion lui donne le coup de grâce sous les hurlements des petits spectateurs déchaînés tels des romains assistant aux jeux du cirque, la bestiole explose... et les boîtes de Smarties avec elle ! C'est très joli tous ces petits bonbons éparpillés dans le salon, mais bon, le but n'était pas d'organiser une chasse au petit chocolat sous la table, sur la cheminée, derrière la télé, ou, horreur suprême ! dans les (longs) poils du tapis ! Bref, j'ai dû en vitesse détourner l'attention des petits cracras que la présence de quelques poils de chats ou grains de poussière sur l'enrobage coloré  ne perturbait nullement pour les engloutir, et depuis, régulièrement, nous retrouvons quelques oubliés de la fête sous les coussins des chaises, sous le canapé, dans la boîte des télécommandes... Conclusion : adios les Smarties dans la piñata, mais bon anniversaire ma princesse douce, ma Reine des neiges et du soleil... c'était ton dernier anniversaire de petite écolière de maternelle, comme le temps file, profite ma fée, vis chaque jour comme un rêve, plein de paillettes et de robes de bal....

Vacances d'hiver tropicales

Cette année, nous avions envie de chaleur et d'humidité en lieu et place des flocons glacés et des pistes enneigées de l'an dernier, direction donc, sans surprise, Center Parcs...
Premier gros avantage de cette destination : la distance. Deux heures de route, c'est rien pour un départ en vacances... après un vendredi éprouvant, marqué par les obsèques de Nathalie, nous avons pris la route en fin de journée, voiture à peine remplie malgré les bagages, les courses pour la semaine, le drone de Christophe, les cours des garçons à réviser (ah bah oui, ça  ça ne prenait vraiment pas beaucoup de place...) et les 6 vélos....
Deux heures de route tranquilles, après avoir abandonné les premiers bouchons sur l'A6, avec tous les parisiens skieurs...
Arrivés à Lamotte-Beuvron (incroyable, ce nom...comment s'appellent les habitants ?), nous dénichons une pizzeria familiale qui nous paraît toute indiquée pour bien commencer nos congés... Bien nous en prend : l'atmosphère est très calme (soyons francs, nous sommes les seuls clients !), le personnel charmant et les pizzas délicieuses ! Marion-la-difficile a même droit à son assiette de pâtes-natures-surtout-sans-sauce-avec-juste-le-fromage-à-côté, mais nous craignons le pire lorsque ladite assiette arrive et que nous découvrons que les pâtes sont saupoudrées d'un soupçon de persil.... J'ai l'impression d'être la mère de Calvin dans Calvin et Hobbes (Calvin : Mamaaaan !!!! Quelqu'un a vomi dans mon assiette ! / la mère de Calvin : Calvin ! C'est du hachis parmentier !) lorsque je vois la bouche de mademoiselle-prout-prout se tordre un peu en désignant les minuscules particules vertes... On passe donc tous en mode "youpla la famille de ravis" avec moult exclamations sur la beauté de ces pâtes, le délicat fumet de... pâtes nature qu'elles exhalent, leur brillance.... Tandis que le petit tyran alimentaire nous regarde les uns après les autres avec effarement, ni vu ni connu je mélange les pâtes dans l'assiette et ô miracle : disparu persil ! a pu persil !Lorsque ses petits yeux kératitiens retournent sur l'assiette, tout va bien. On perçoit bien une seconde d'hésitation, mais la faim l'emporte et la voilà qui attaque son dîner avec appétit. Ciel, si Super Nanny ou toutes ces mamans pro de l'équilibre alimentaire et du mon-enfant-mange-de-tout-et-proprement-et-il-est-formidable-et-il-ira-loin-dans-la-vie avaient assisté à cette scène...
Bref, nous nous régalons, et je salive d'avance car j'ai déjà jeté un oeil à la carte des desserts... ce sera banana splits pour les 3 garçons, "cèpe solognot" pour Coline (avec profiterolles et glace au caramel) et "coupe Liège" pour moi (avec glace au speculoos). Marion, qui a entendu "speculoos", demande donc en dessert... des speculoos (son biscuit love +++). Sourire gêné de la dame : ils n'ont pas de speculoos, ils n'ont que des brisures pour décorer les desserts... Allez, un moment de honte est vite passé, commandons donc pour Miss-y'a-que-moi-qui-mange-ça une assiette de brisures de speculoos....
Une fois le ventre plein, nous parcourons les derniers kilomètres qui nous séparent du domaine et prenons enfin possession des lieux....
Les enfants sont ravis de notre nouvelle demeure, et chacun participe efficacement à l'installation, avant de filer dans son lit pour rêver de la journée à venir....

Tous à l’eau

Réveil à l’aube le lendemain, direction (sous la pluie) le paradis aquatique, pour le plus grand bonheur de tous
Les retrouvailles avec la rivière sauvage sont « éclaboussantes », chacun s’en donne à cœur joie, même Marion, à sa façon moins téméraire que ses aînés…
Et nos journées vont s’enchaîner ainsi, baignades et jeux aquatiques avec nos poissons, flâneries dans le « Dôme » promenades à vélo dans le parc, éclatades dans le Balubaprojections privées, sortie restaufondue à domicile, balades ensoleillées, nocturnes pour profiter des bassins déserts, sans oublier les innombrables et fréquentes photos de famille plus ou moins naturelles ! 
Bref, de super vacances où chacun apporte ce qu’il faut pour que l’ambiance soit réussie… Vivement les prochaines !

Le retour des potins

Toujours plus de bougies sur le gâteau de Lucie, notre filleule... 14 cette année, et une jeune fille toujours un peu plus épanouie pour les souffler ! 
En plus d’avoir mis au monde un beau bébé, tata Nicole vient de réussir son concours d’ATSEM ! Félicitations à elle, bravo pour tous les efforts, les trajets, les révisions… maintenant, c’est dans la poche !
Gabriel est arrivé chez Hélène et Thomas... merci pour le blog qui nous a permis de vivre un peu avec vous ces premiers moments d'évidence... Nous avons hâte de faire connaissance avec ce petit homme, auprès de qui Baptiste doit jouer les grands frères ravis....
Pour Marielle et Christophe, Marion affirme son autonomie sur deux-roues, la grande aventure sur piste cyclable paraît donc de plus en plus facile à organiser !

Laisser un commentaire
Nom :
EMail :
Message :