La chronique d'Elodie - août 13

Une "balade", expliquai-je, est un voyage long ou court... mais sans but ni programme; l'obligation de revenir au point de départ dans un délai fixé en est le seul régulateur. Parfois l'on traverse des rues populeuses, parfois des champs ou des prairies; parfois  on disparaît pendant quelques heures, parfois pendant plusieurs jours - sans manquer à personne. Mais que le voyage soit long ou court,  qu'il nous mène là ou ailleurs, nos pensées restent attentives à la chute du sable fin dans le sablier éternel du Temps. Nous saluons  au passage ceux que nous croisons et leur sourions; il nous arrive de nous arrêter un instant pour causer avec certains d'entre eux,  de faire avec d'autres un bout de chemin. Nous passons des moments intéressants et souvent nous sommes un peu las. Mais en fin de compte  le temps a coulé agréablement et nous en regrettons la fuite.
Jerome K. Jerome Trois hommes dans un bateau


Le temps a coulé agréablement et nous en regrettons la fuite... un peu de poésie pour exprimer le blues de fin de vacances... mais encore une fois, de belles vacances, qui nous laissent des souvenirs chauds et lumineux... C'est long à écrire, une chronique de retour de vacances, surtout parce qu'on  s'attarde sur chaque photo pour y retrouver les odeurs, les impressions et les émotions du moment...
Note du technicien : suite à certaines manipulations adolescentes ou enfantines, les paramètres d'un de nos appareils photos ont été trouvé déréglés, mais nous ne nous en sommes pas aperçus... ce qui explique que la qualité de certaines soit très mauvaise !! Il faut bien que jeunesse se passe....


Ca sent les vacances....
... quand maman commence à ressortir les duvets et à remplir quantité de sacs, quand papa joue à Tétris pour charger le coffre de la voiture, quand le GPS et tous les  téléphones sont à 100% de batterie.... et voilà comment après quelques heures de trajet tranquille (et un gros bouchon sur la rocade de Rennes), nous arrivons à Plangenoual  où nous installons nos quartiers d'été à la Cidrerie de la Baie.
Comme d'habitude, tout le monde s'y met et en  2 temps 3 mouvements notre  résidence d'été est opérationnelle...
J'entends déjà certains d'entre vous qui, après avoir consulté une carte de Bretagne détaillée, s'étonnent du choix de cette destination : la Bretagne nord ? Après tout ce que j'ai pu déclarer  sur mon amour immodéré de la chaleur corse (ou à la rigueur, de la chaleur roussillonne ) ? Comment se fait-ce que nous nous retrouvons sous des latitudes disons plus... nordiques ? Alors d'abord je crois qu'il faut, pour comprendre, tordre le coup à plusieurs idées reçues :
1. Elodie n'aime pas la Bretagne : c'est faux ! Je trouve les paysages sublimes, et l'ambiance tellement moins surfaite que dans le sud ! Et sans parler des crêpes et du caramel  au beurre salé !
2. Il pleut toujours en Bretagne, c'est pour ça qu'Elodie ne veut pas y aller : c'est faux ! Je sais très bien comment attraper un coup de soleil en Bretagne ! Et je sais que les  bretons se plaisent à dire qu'en Bretagne il ne pleut que sur les cons et que BZH ne signifie aucunement "Bienvenue en Zone Humide".
3. Elodie n'a pas son mot à dire sur la destination des vacances : c'est faux ! On va dire que c'est 50/50, mais réparti sur plusieurs années... genre des fois c'est 90/10 pour moi,  et des fois c'est 90/10 pour Christophe (devinez quand ???). M'enfin bon si vraiment je n'avais pas voulu y aller, je me serais enchaînée au radiateur de la salle de bain ( au  moins j'aurais eu chaud )
4. Elodie s'est sacrifiée pour Christophe : c'est pas tout à fait faux ! Dans un couple il faut savoir poser des gestes d'amour sans arrière pensée... en voilà un. Monsieur mon mari rêvait de retourner sur ses terres d'enfance, nous ne nous y étions pas rendus depuis plusieurs années, la fin de l'année a été porteuse de plusieurs grandes et belles surprises et j'avais  le coeur en joie....  autant de facteurs pour envisager ces vacances bretonnes.
Et donc bref nous sommes allés en Bretagne. En Bretagne NORD. Face aux côtes anglaises. Ce qui me permettait du coup de faire couleur locale avec mon bronzage intérieur - à l'anglaise, quoi : blanc / rouge sur l'extérieur, caramel (au beurre salé) à l'intérieur. Qui a dit qu'il ne faisait pas beau en Bretagne ?
Un des p'tits bonheurs quotidiens de ces vacances, c'était le rituel du matin du chef de famille qui, invariablement, ouvrait la tente, observait le ciel et déclarait doctement : "ça va se lever"... histoire de mettre le moral de tout le monde à la hausse... ainsi que la température intérieure de la tente... ben oui, parce qu'il faut quand même que je vous dise, notre tente est un  modèle presque dernier cri de chez Décathlon, 3 chambres, 340m2 habitables et option "air". C'est-à-dire que c'est une tente qui est vendue sous la caractéristique : "tente pour campement  en régions chaudes", avec des ventilations partout pour ne pas étouffer. Option "air" que nous avons grandement appréciée en Corse ou l'an dernier à Perpignan, puisque nous pouvions  séjourner sous la tente sans dégouliner de sueur. Mais voilà, l'option "air", elle n'est pas réversible... et donc en Bretagne, ça se transforme en option "froid". Que le matin, vers 6h,  tes petites filles déboulent dans ton duvet avec des mains de cadavres et des joues glacées, malgré leurs chaussettes, leur pyjama long et leur polaire ! Cela t'oblige donc
1 à  aller à la Halle aux Vêtements du coin racheter un lot de pyj longs pour chacun car au bout d'une semaine celui que tu as emmené est HS et qu'en rechange, tu n'avais pris que des pyjs courts (stupide habitude corse)
2 à implorer la bienveillance de mamie Christiane dont le camp de base, peu éloigné, regorge de couettes et duvets en tout genre, et qui accepte bien évidemment de nous en prêter  gracieusement pour éviter que nos enfants ne soient acteurs malgré eux dans un remake de Hibernatus.
Mais à part ça, Mme la Marquise, tout alla très bien !

Waterprooof ?
A peine la tente montée et la voiture vidée, nous somes allés nous baigner sur la "grande" plage du Val André (par nous, j'entends "tout le monde sauf moi"; vous corrigerez de vous-mêmes  par la suite). Les enfants et leur père ont apprécié cette première incursion dans l'eau fraîche (euphémisme) et salée, appréciable après le trajet et la patiente installation.
Dès le lendemain, nous avions rendez-vous à quelques kilomètres avec mamie Christiane, les tatas et tontons et  tous les cousins ! Fait assez rarissime pour être immortalisé pour la postérité. Ce jour-là, il faisait une chaleur caniculaire, et les heures de  pique-nique sur la plage furent fatales à notre peau de vacanciers... Coline retrouva rapidement son  plaisir de l'eau,  tandis qu'à l'image de leur cousin  Maxime Louis  et  Paul s'essayaient avec plus ou moins de bonheur à la glisse nautique. Jeux en tout genre et  constructions sableuses, papotages intarissables,  gourmandises à même le sable, tous les ingrédients pour passer une excellente première journée de vacances...
Les sorties à la plage ont constitué une bonne part de nos activités de vacances, présentant tous les intérêts : ça ne coûte rien, ça épuise  les enfants qui s'endorment comme des masses le soir,  et ça permet de faire plein d'activités différentes :  châteaux et pâtés donc,  sauts artistiques, plongeons dans  les vagues, courses effrénées, crapahute dans les rochers pêche hélas peu  miraculeuse, corps à corps avec la mer, croisières  mouvementées, décollages au  cerf-volant, séries de  photos délires,  câlins ensoleillés,  jeux rigolos et divers  enfouissements,  certains nous  permettant de retrouver un certain "ascendant" sur nos "grands"...
Sans parler des joies et des jeux partagés avec  Salomé et Arthur, les "cousins issus de germains" retrouvés sur la plage de Plévenon, avec laquelle  les enfants barbotent, jouent aux  raquettes et s'arrosent aux pistolets à eau...
Parfois, les plaisirs de la plage sont tels que l'on oublie l'heure du retour... et de la marée montante... malgré les nombreux appels de la voix de la raison (=moi), la troupe familiale  refuse de lever le camp... et lorsqu'enfin elle s'y décide, la mer est haute et on est obligé d'escalader  une barrière rocheuse de plusieurs dizaines de mètres avec 1 petite fille trouille trouille qui ne veut pas que la mer la touche parce qu'elle est mouillée et ça sent le poisson mort,  1 grande fille intrépide qui court devant au risque de glisser 1000 fois, une paire de garçons qui se la  jouent nonchalants mais râlent un peu d'être entravés par leur barda, 1 père de famille irresponsable qui préfère prendre des photos et les poster sur FaceBook plutôt que de sauver sa famille d'une noyade imminente, et environ 450kg de matériel habituel de plage (tente, pelles, seaux, bateau, palmes et tuba, serviettes, parasol...) Du sport extême, voilà ce que c'était ! Et après on  osera encore dire que je ne suis pas sportive ??? Vous auriez dû me voir escalader ces rochers en robe et sandales, avec ma fille sous le bras, un sac sur le dos, un autre en bandoulière, 2 seaux  sur la tête, 4 pelles dans  la troisième main que je n'utilise que dans les grandes occasions et le reste du goûter entre les dents... il m'aura tout fait faire cet homme-là ! Et en plus il dit que j'exagère !!!

Hors de l'eau ?
Ben oui, quand même de temps en temps nous étions hors de l'eau... que faisions-nous alors ? En dehors des  activités de sustentation obligatoire, la tente était le terrain de multiples jeux et autres  activités reposantes. Mais nous la quittions de temps en temps pour explorer les environs et nous livrer à quelques activités différentes :
découverte du  port de Dahouët avec les cousins du Mans encore en vacances, et bon  petit resto pour donner du courage à tonton Juju avant son opération;
recherche de géocaches : nous en avons  découvert 3 assez facilement, mais 2 autres nous ont laissé bredouilles, malgré une  fouille minutieuse... on reviendra !
messes dominicales avec incarnation à tour de rôle du personnage de Frère Jacques  sonnant la cloche....
sortie à Armoripark; espace de loisirs où on nous promettait un parc aquatique ludique et de multiples jeux en extérieur... desquels nous avons profité puisque la piscine a été fermée, l'un des nageurs s'étant "oublié"  dans le bassin... grrrr ! Tant pis, nous avons donc envahi les structures gonflables, piscine à balles, piste de  kart baby-foot humain luge d'été (et même Christophe et moi !) et autre pentoglisse... une bonne journée, même sans piscine !
visite des divers marchés des environs à la recherche des  "produits locaux"
fête du 15 août avec mamie à Plévenon, avec crochet par  Sable d'Or et Vieux Bourg, et  déjeuner à  la maison que les "grands" retrouvaient avec plaisir;
pizzas sous le soleil couchant avant le feu d'artifice sur le port, entourés de bretons en short tandis que nous avions tous le kit complet chaussettes/ baskets / polaire / foulard et coupe-vent !
découverte des bouchots (et explication du fonctionnement aux enfants) qui se sont soudainement transformés pour  s'intégrer au paysage !
resto  nocturne pour admirer les lumières d'Erquy dans le lointain
découverte de la  cité médiévale de Moncontour, très calme et au dénivelé sévère pour les plus petites jambes, qui ont quand même trouvé  la géocache !
visite au Musée de la Résistance en Argoat, rempli de témoignages locaux et d'objets conservés, avec la projection d'un film très émouvant;
enfin, rencontre "réelle" avec Marc et Sandrine, Marc étant depuis plusieurs mois le coéquipier de Christophe dans ses parties de jeu vidéo en réseau... coéquipier virtuel donc, soudainement incarné... précisons que dans le jeu, il est le chef de l'équipe !

J'aime l'âne si doux
Une des raisons pour le choix de notre camping est qu'il proposait des randonnées à dos d'âne... et donc, du bonheur de  petites filles en perspective !
Par un clair matin, nous avons donc fait la connaissance de  Cannelle et  Olenka, qui se sont chargées de  nos pitchounettes et de toutes nos affaires... Quelques recommandations d'usage,  et nous voilà partis  tous les 8, au rythme des sabots...
Les  garçons ont mené les ânes à  tour de rôle, même Coline a essayé, et ce n'est pas toujours facile, car un âne c'est ... têtu comme une mule ! Lors de la pause déjeuner au soleil,  tout le monde a essayé de monter Cannelle "à cru" , même Christophe et moi, et autant dire que ce n'est pas simple !
La promenade (une boucle d'un peu plus de 12 km) a tellement plu à tous que nous avons réitéré  l'expérience quelques jours plus tard, accompagnés cette fois-ci par mamie Christiane.  Coline a retrouvé  sa Cannelle, mais Marion a découvert  Opale, jolie bête mesurant près du double de la précédente ! Impressionnant pour notre petite Youne ! Sous un soleil de  plomb, nous avons suivi le GR 34 pour découvrir des paysages sublimes, avant de pique-niquer sur une plage où les ânes ont pu se reposer un peu. Cette fois-ci, nous avons parcouru près  de 20 km !
Depuis, Coline épluche les petites annonces de 30 millions d'amis pour savoir s'il n'y a pas d'âne à adopter, et les garçons aimeraient trouver un animal capable de les porter  pour les prochaines vacances !

Way back home
Sur le chemin du retour, passant par Dinan, nous nous sommes arrêtés pour faire découvrir aux enfants  le barrage de la Rance et  l'usine marémotrice qui s'y trouve, avant de mettre le cap vers la Normandie où  nous retrouvons Thomas Maxime, tonton Ju et  tata Nicole et le(la) futur(e) cousin(e)... quelques heures de  jeu entre cousins, le temps d'admirer les nouveaux travaux de la maison,  une sortie sur la plage entourés de "tounistes" (= nudistes), quelques bonnes tranches de rigolade et nous voilà déjà repartis pour revenir à la maison...
Home sweet home... qui, dès la porte ouverte, se transforme en "hume, snif, hume" : une odeur pestilentielle nous accueille, dans laquelle nous reconnaissons tout de suite la "pâte" créatrice  de notre chatte Moustique, restée là durant nos vacances aux bons soins de la voisine (celle dont le chat non-enragé m'a mordu, vous faites le lien ?). Après les cris et exclamations  raffinées de chacun (ah ! berk ! beurk ! je meurs ! qui a pété ? etc), nous finissons par découvrir le lieu du crime : la sale bête pourrie a utilisé la chambre de Louis, située sous les  combles, comme litière géante... c'est un champ de mines ! Impossible de s'y aventurer sans masque à gaz... Unique pièce de la maison avec une moquette, et unique pièce dont les stores n'étaient  pas fermés durant notre absence... idéal donc pour se vider la panse lorsqu'on est une vieille chatte caractérielle !
5 jours, 2 rouleaux de sopalin, 1 bouteille de Fébreze et 1 bombe de shampooing à moquette plus tard, le constat est amer : la moquette n'y survivra pas, l'odeur est tenace et torride... opération arrachage de moquette donc, et achat d'un nouveau parquet qui attend gentiment à présent d'être posé... on n'avait que ça à faire ! Je crois que je hais ce chat... et qu'il me  le rend bien !

Ca sent la rentrée...
... quand maman commence à ranger les duvets et les matelas, quand papa a refait le plein de sa voiture, quand la sortie mensuelle à Disney prend la forme d'une  nocturne et  qu'on annonce que ce sera peut-être  la  dernière, quand la météo nous contraint à rester à l'intérieur pour tester  le nouveau kit d'appareil photo rapporté de vacances, on se dit que les vacances sont bientôt finies...
Pour Marion, ce sera la dernière année de maternelle, et pour nous aussi ! On espère donc bien en profiter autant qu'elle avant de quitter définitivement ce petit monde dans lequel nous  tions entrés avec Louis en 2002 !
Pour Coline, l'année débutera avec un nouvel appareil dentaire amovible, c'est chouette ! Et le grand retour des semelles orthopédiques dans des chaussures fermées... mais aussi la joie de  retrouver ses copines et l'école, parce qu'à 8 ans on aime encore l'école !
Pour  Paul, la blouse de physique-chimie sera la grande nouveauté de cette année de 5°, et l'entrée à l'orchestre du 2° cycle avec son alto sous le bras... et toujours plein d'idées plus  loufoques les unes que les autres !
Enfin,  Louis se mettra en route vers le Brevet au mois de juin, "notre" premier examen scolaire... Encore quelques centimètres à grapiller pour rattraper papa, peut-être avant le lycée... cirque toujours, mais pas en classe !
Enfin, pour nous, une grande année qui s'annonce : je réalise mon rêve en enseignant pour la première fois en CP, alors que Christophe accomplit également le sien en devenant professeur  vacataire d'informatique pour des élèves de licence à l'université d'Evry... 2 mercredis matins sur 4, donc un temps partiel de 80% et pratiquement 2 mercredis par mois à la maison... travailler moins donc gagner moins, mais profiter plus de la vie et de la famille tout en découvrant de nouveaux horizons... que du bonheur !

Et pour terminer, cette belle prière qui nous a accompagnés tout l'été, et que je garde à présent comme action de grâce pour ce temps écoulé :
Pour les étés en fleurs et la longueur des jours,
béni sois-tu, Seigneur !
Pour le soleil levé sur les prairies en fête,
béni sois-tu, Seigneur !
Pour les sentiers gravis, les cimes découvertes,
béni sois-tu,Seigneur !
Pour le vol des abeilles et le miel de la vie,
béni sois-tu, Seigneur !
Pour le chant des oiseaux sur les plaines de blé,
béni sois-tu, Seigneur !
Pour le labeur des humains et la moisson dorée,
béni sois-tu, Seigneur !
Pour les vacances offertes et le repos donné,
béni sois-tu, Seigneur !
Pour la joie des grands espaces et le vent de la mer,
béni sois-tu, Seigneur !
Pour les lointains voyages et les peuples rencontrés,
béni sois-tu, Seigneur !
Pour l’univers en marche et les espoirs levés,
béni sois-tu, Seigneur !
Amen