La chronique d'Elodie - janvier 13


Et quand nous aurons fait le tour de nos ultimes projets
Quand nous apprendrons à aimer nos échecs et nos regrets
Quand nous en serons à ouvrir nos livres de souvenirs
Je chanterai, je chanterai, je chanterai, je chanterai toujours

Quand les rêves de nos enfants deviendront nos espérances
Quand leurs chagrins d'amour seront les nôtres et notre souffrance
Quand nos regards nous suffiront, quand nos pas seront les mêmes
Je chanterai, je chanterai, je chanterai, je chanterai toujours

On dit ces choses, on oublie parfois, quand on rêve ou qu'on est ivre
Je te les dirai 100 000 fois, et ça m'aide tant à vivre

Quand nos passés, quand tous ces jours seront notre vraie richesse
Quand je saurai tous tes dons, quand je saurai tes faiblesses
Quand l'amour aura d'autres goûts que la passion, le désir
Je chanterai, je chanterai, je chanterai, je chanterai toujours
Et je t'aimerai, je t'aimerai je t'aimerai comme au premier jour
Je chanterai, je t'aimerai

Jean-Jacques Goldamn pour Céline Dion,Je chanterai


Et moi, j'écrirai... dédicace pour Christophe, car janvier est "notre" mois (depuis 22 ans), et février le mois des amoureux... et parce que nous savons tous les deux combien  nos livres de souvenirs constituent déjà une si grande partie de nos richesses, où nous lisons nos joies, nos peines, nos dons et nos faiblesses, nos regards et nos pas qui  cherchent à s'accorder... au nom de tout ce qui nous attend encore... merci à toi qui m'aide tant à vivre, mon homme selon Son coeur...

Une année peut en "cacher" une autre
Nous avions terminé 2012 entre déguisements et macarons... les premières heures de 2013 nous ont donné envie de continuer notre découverte de la région  à la recherche de nouvelles géocaches... une tout près, sur une portion d'autoroute désaffectée, promenade un peu surréaliste....
Une autre, un peu plus loin,  au-dessus de la voie rapide menant à Paris....
L'occasion pour les enfants d'étrenner les  nouveaux appareils photos, et pour chacun de donner à 2013 une tournure décidément familiale, positive et pleine de surprises !

Fêtes de fin d'année... en début d'année !
Il restait un bout de la famille avec laquelle nous n'avions pas fêté Noël... comme ils nous avaient alléchés avec leurs rillettes, nous les avons envahis sans scrupules,  et nous n'étions pas les seuls ! offrant ainsi à leur intérieur la "joie" d'accueillir une belle brochette de cousins...
Agapes et ripaille se sont succédé, rougail et  galette de rigueur...
Il a bien fallu une  balade digestive pour essayer  d'éliminer un peu et d'endiguer le trop plein d'énergie des enfants (enfin, des survivants car Mme grippe et sa cousine Mlle  Gastro s'étaient invitées également !).
Et puis quand même, c'était "Noël" ! Des cadeaux pour tous, avec une mention spéciale pour les boîtes surprises confectionnées avec amour et patience par mamie Christaine  l'artiste au grand coeur... les  petits-enfants ont apprécié !
Nous sommes repartis avec nos rillettes et nos microbes, mais sans emporter ceux des autres, ouf ! Merci les Delorme, l'adresse est bonne, nous reviendrons (en été !)

Disney de janvier
Deuxième week-end de janvier, ciel bas mais moral haut... c'est parti pour l'ouverture de la saison 2013... et quelle ouverture ! Entre la manif et les soldes,  le parc est désert !!! On a l'impression d'être seuls rescapés de la fin du monde ! Du coup, on  déambule tranquilles et on enchaîne les attractions... plaisir devenu rare dans "notre" parc...
On retente notre chance à la fin du mois et là... ben  y'a beaucoup plus de monde ! Mais cette  belle journée restera marquée d'une pierre blanche puisque, pour la première fois,  mes enfants (et mon traître de mari) réussissent à m'embarquer à bord de RC Racer... Pour ceux qui ne connaissent pas, RC Racer c'est "une atttraction de type half-pipe,  dont le véhicule est propulsé grâce à un système de moteur linéaire à induction (mazette). Le véhicule effectue au total 4 allers retours, le premier étant vers l'avant.  Il existe plusieurs tailles de modèles, Disney a privilégié la plus petite soit 25 mètres de hauteur."
En résumé, c'est donc un engin de la mort qui te balade d'avant en arrière sur un demi-tuyau (grâce à un moteur linéaire à induction, soit, mais une fois dans la machine tu te fous  un peu des détails techniques, hein... tes préoccupations du moment, là, c'est plutôt : pourquoi suis-je montée ici ? Quel péché dois-je donc expier ? Vais-je m'en sortir ?  Où trouver un point d'atterrissage relativement confortable en cas d'éjection ? Quelle excuse puis-je trouver illico pour demander à descendre avant le début sans perdre trop la face,  surtout face aux dizaines de goses hilares qui m'entourent  - dont les miens ???)
Le gentil cast-member remarque que je suis un tout petit peu stressée (parce que je n'arrive pas à ouvrir le casier où l'on doit poser les bonnets, sacs etc...), alors il me sourit gentiment,  cherchant sans doute à me rassurer... sauf que lui, il n'est pas dans l'appareil... non non non... lui il vérifie juste 45 fois les harnais de sécurité, genre un TOC tu vois,  ou alors que même au bout de 45 fois ils sont pas sûrs, y'a toujours un p'tit risque hein, allez ma bonne dame, faut y aller, qu'est-ce que c'est qu'un accident à 25m de hauteur, la tête  la première hein ?
Bref, je veux descendre, je veux faire Small World et manger des pommes d'amour point barre. Et là ma Cox me prend la main, la serre fort et me dit : "N'aie pas peur maman,  tu peux crier si tu veux, et tu peux aussi lever les bras c'est plus drôle". Je cherche une réponse fulgurante, genre un truc qui resterait dans l'histoire du parc et dans la mémoire de ma fille, mais soudain AAAAHHHHHH ça démarre ! Pis quand ça démarre, ça démarre... On a à peine fait le permier aller, je hurle déjà comme une hystérique, j'aperçois du coin  de mon oeil larmoyant la foule de crétins massés en bas qui se pissent dessus de rire en me voyant (c'est clair, demain, je suis sur Face*book, filmée par l'un de ces débiles  ignorant la réalité vraie de ce qui se passe dans cette attraction diabolique !), les bras de Colinette s'agitent en tous sens tandis que les miens sont tétanisés par l'effort que  je fournis pour me cramponner aux poignées de toutes mes forces.... Laissez-moi sortir ! J'ai payé, je suis le client, je dois faire ce que je veux ! Et là, je veux vivre ! En dehors  de ce truc et de son moteur linéaire à induction !!!!
Sans doute le Seigneur avait décidé que je pouvais encore servir à quelque chose ici-bas, alors, il a dit à l'attraction STOP et l'attraction stoppa. Enfin, stoppa.... pila, oui. Quand tu as  déjà les ongle sbien enfoncés dans la garniture du harnais, ils se retrouvent coincés dedans parce qu'au freinage, tes mains dégagent toutes seules... mais enfin, tu es tellemtn soulagé  d'être VIVANT que tant pis, tu porteras des faux ongles et basta.... j'ignore encore comment j'ai fait pour ouvrir mon harnais (je soupçonne Coline de s'en être chargée), et rejoindre  la terre ferme (le cast-member a dû me faire transplaner, je pense)... ce que je sais c'est que PLUS JAMAIS je ne remonterai dans ce truc infernal....
Et le pompon : en retrouvant Christophe et Marion, la discussion s'engage sur cette "expérience ultime" que nous venions de vivre:
Coline: "Maman elle a même pas eu peur"
Christophe : "C'est sûr, maman elle est très courageuse."
Coline, goguenarde : "Pfff, j'rigole, elle a crié tout le temps, elle a eu trop peur !"
Walt, je te retiens sur ce coup-là....

Les visiteurs du grand orient
Escale départ il y a un mois, nous étions escale retour ce mopis-ci pour papi et mamie débarquant de la Chine lointaine. Décalage horaire, froid sibérien, quelques flocons, même ! De quoi leur souhaiter la bienvenue en France !
Mais cette météo peu clémente s'est révélée une alliée de poids, puisqu'elle a permis aux enfants, après un  resto entre amis, de profiter de la piscine... avec papi ! Notre intrépide  Coccinelle était toute  contente de montrer ses talents à son grand-père, tandis que Marion, encore timide en immersion, donnait le meilleur de ses capacités aquatiques ! Quant aux  gars....
Merci papi d'avoir partagé ce moment avec eux, ils en parlent encore, il faudra recommencer l'expérience... avec mamie ? :-)

La vie en blanc
Pour les parisiens, les vacances d'hiver sont encore loin, autant dire que  la neige qui est tombée ici a été unanimement appréciée !
Aux premières chutes, le jardin est devenu le lieu de  batailles mémorables, de  jeux et d' éclats de rire... joues roses et bouts du nez gelés...
A la fin de la semaine, la couche neigeuse était trop tentante pour  rester enfermés, et nous avons donc bravé les éléments pour profiter de  "l'immensité blanche" du parc de l'Allée des Princes... une belle étendue immaculée, vite perturbée par nos soins ! Anges de neige, bataille,    cache-cache, tentatives d'igloo... réussis uniquement    sur la placette devant la maison !
Et après ça, quel bonheur de rentrer au chaud à la maison, pour faire  des cookies ou jouer à la bataille navale...  A quand la prochaine neige ?