La chronique d'Elodie - novembre 11

Il me restera de la lumière
Il me restera de l'eau, du vent
Des rêveries sucrées, d'autres amères
Et le mal au coeur de temps en temps
Il me restera des souvenirs
Des visages et des voix et des rires
Il me restera du temps qui passe
Et la vie, celle qui fait mourir
Il me restera ces choses qu'on amasse
Sans y penser, sans y compter, sans savoir
Quand on vit fort, on vit sans mémoire
Mais elle prend des photos sans qu'on sache
Jean-Jacques Goldman  Il me restera


Souvent, je m'interroge sur ce qui restera... quand ? Plus tard... demain, dans 1 an, dans 20 ans... quand j'aurai fait le tour de mes projets...  mais y a-t-il un moment où on arrête de prendre, d'embrasser, de saisir des moments de vie pour les faire nôtres ? Y at-il un moment où on se dit que maintenant, la quête est finie, qu'on ne fera  plus que regarder en arrière ce qui nous reste de ce qu'on a vécu ? Dieu fasse que non... que chaque jour soit un commencement...

Novembre sanglant
Vous devez être déjà tous au courant, Facebook demeurant mon grand concurrent pour l'immédiateté des nouvelles familiales ! Mais pour d'éventuels visiteurs égarés qui n'auraient pas eu vent de la chose, ou pour ceux qui veulent avoir ma version des faits, voici un rapide résumé des aventures de  "Bleeding Christophe", mon héros de mari...
Imaginez un dimanche de novembre, froid mais ensoleillé... Vous invitez votre belle-mère à déjeuner pour passer ensemble un bel après-midi, autour d'un jeu de société intergénérationnel.. Le repas se passe, arrive le café, que votre moitié refuse poliment, vous informant qu'il voudrait, avant de se lancer dans la partie endiablée promise à ses rejetons, accrocher les  guirlandes extérieures, pour préparer les fêtes.
Imaginez maintenant que vous êtes tranquillement en train de siroter votre dit-cappuccino, lorsque l'Homme fait irruption et vous annonce qu'il s'est blessé, en exhibant une belle coupure sur le bras... Ni une, ni deux, mode action immédiat, vous foncez à la recherche du désinfectant et des Strips, accessoires dont vous vous êtes pourvus en quantité... arrivée  en bas de l'escalier, vous croisez votre belle-mère qui vous demande d'appeler les pompiers....
Vous, malgré toute votre conjugale sollicitude, ne pouvez vous empêcher (intérieurement, s'entend !) de traiter votre tendre de chochotte... les pompiers pour un petit bobo ! Mais la  savoureuse réplique que vous préparez meurt sur vos lèvres quand vous le découvrez couché par terre, blanc comme un linge, cramponnant sa jambe droite comme si elle s'apprêtait à s'échapper... Diantre, ça doit être plus grave que prévu pensez-vous dans un éclair de lucidité, qui vous permet de découvrir une très vilaine horrible coupure le long de son tibia... tibia  que vous apercevez nettement, sur 10 cm environ....
"Allo les pompiers", et  les voilà qui arrivent... et prennent les choses en main, soit mon Christophe en état de choc et sa jambe pas belle à voir... Je vous passe les détails et le minutage,  pour arriver en bilan des opérations : 5h d'attente aux urgences pour 5 points de suture et  une cicatrice pas très ragoûtante...
Forcément, on repense à celle de Julien, et on se dit qu'on n'aurait pas dû rigoler autant à cette époque.... Mais bon, tout est bien qui finit bien, ça aurait pu être bien plus grave comme me l'a  fait remarquer le pompier ayant inspecté la  "scène de crime"... où donc, pour la petite info, Monsieur avait installé un escabeau... sur les poubelles... et accrochait la guirlande  tout en taillant les branches génantes du prunier !! Tout ça par flemme de monter l'échelle extra-haute qui reposait juste à côté... allez-y, lâchez-vous, sa fierté n'est plus à ça près ! Mais moi la première je me dis qu'il y a un Bon Dieu pour les innocents !...

  Au gré de nos envies...
Après ces épuisantes péripéties, novembre et son manteau de froid humide et gris nous donne le temps et l'envie de faire durer les heures, au chaud... Tintin en 3D pour les plus grands, jeux de  société ou jeux  de WII, petits goûters (pas très) légers,  spectacles en duo, éphémères  constructions de kaplas... Qu'en restera-t-il, dans le coeur et les souvenirs de nos enfants, de ces moments de "rien", où le seul but est d'être, ensemble ? 

Disney de fêtes
Novembre frais et ensoleillé nous donne le temps et l'envie de profiter encore de  notre parc tant que cela nous est permis... Celui-ci  est tout  apprêté pour Noël, même les  magasins qui savent vraiment s'y prendre pour attirer  les enfants émerveillés, en pleine réalisation de leur liste ! Nous ne sommes pas  les seuls en balade, alors nous  flânons tranquillement, tout en  assurant quand même quelques  attractions incontournables.
Nous avons la surprise d'assister à un  défilé de danseurs écossais, en kilt s'il vous plaît ! Toute une délégation, venue des quatre coins d'Ecosse, nous offre un très beau spectacle traditionnel au son de la cornemuse...
Lors d'une autre visite, la chance nous sourit car dans le parking rempli, nous parvenons à trouver une place  juste devant l'entrée ! Ce jour-là, nous commençons par le parc Studio,  où les enfants réalisent  leurs dessins animés, avant de prendre un  cours de dessin en direct... même Marion s'y colle ! Nous avions promis aux  enfants de rester jusqu'à la  fermeture, et nous avons tenu parole pour nous régaler, malgré le froid, des  illuminations féériques...

10 ans, pour d'autres
Encore la joie de célébrer des noces d'Etain, autour de  Laurent et Anne-Cécile cette fois-ci... Une bonne occasion de préparer un petit montage,  en  replongeant dans les "vieilles" photos, du temps où le numérique restait un luxe... Pour eux comme pour nous, le temps passe, mais restent  les amis, la  musique et l'envie de faire  la fête et de rendre grâce pour tout...
Quels voeux formule-t-on à des "jeunes mariés" de 10 ans ? Continuez ainsi, le meilleur est à venir comme le chante notre ami commun ? En tous cas, comme il ya 10 ans,  on vous souhaite tout le bonheur du monde, pour aujourd'hui comme pour demain...

Noël arrive chez nous !
Enfin, la fête du Christ-Roi nous annonce l'entrée dans l'Avent, en route vers Noël... tandis que j'assure la tenue de notre stand au  Marché de Noël paroissial avec nos jeunes de l'aumônerie, les enfants aident leur père encore convalescent à installer  la crèche. En voilà un rituel des plus doux pour notre famille... chacun y va de son santon, et  l'ensemble est en place quand je rentre à la maison... ô joie !
Dès le 1° décembre, les enfants réclament le reste des décorations; en avant donc pour le sapin, que papa commence par  orner de guirlandes électriques, avant que  chacun ne mette  la main  dans le carton pour vêtir notre arbre de  ses habits de fête... et, après consultation du site pour mémoire, c'est à Coline que revient cette année la  mise en place de l'étoile...
Reste maintenant à vivre le temps de l'Avent... patience...

Les potins
Merci à Anne-Cécile de m'avoir rappelé que je n'étais pas en avance (encore) pour cette chronique... c'est toujours motivant de se dire  qu'on est attendu !
Le retard, ça a du bon, je peux du coup féliciter tata Nicole qui a été reçue à l'épreuve écrite de son concours...  reste l'oral, et une autre occasion de se retrouver en coup de vent !
Merci Auré de ce joli cadeau de ta venue il y a quelques jours; ça m'a réchauffé le coeur, ces quelques heures passées ensemble,  ces discussions plus ou moins profondes et ce déménagement improvisé !!