La chronique d'Elodie - mars 11

Cela s'appelait « faire des araignées » : il fallait choisir une feuille aussi grande que possible et, avec délicatesse, enlever le vert  d'entre les nervures. Les plus habiles, concentrés comme jamais ils ne le furent sur une opération d'arithmétique, arrivaient à mener à bien l'opération jusqu'à ce qu'il  ne reste plus que le « squelette » de la feuille, qu'il s'agissait alors de glisser sous le col de la blouse de la voisine en criant : « L'araignée, l'araignée ! » -  ce qui déclenchait vacarme et hurlements, comme il se doit.
Puis les feuilles tombent : on peut alors traverser la cour de l'école en les poussant avec les pieds, tout en repérant d'un œil exercé celles qui présentent le plus de nuances  de marron, d'orange et de jaune, mais encore assez fraîches pour ne pas se casser. On les ramasse, on en fait des bouquets, qu'on va défendre avec entêtement contre des parents  qui ne comprennent rien : « Jette ça, ça a traîné partout, c'est sale »[...]
Pour finir, car les marronniers sont généreux, voici les marrons... D'abord, il y a toujours un petit qui est certain que ça se mange, et un grand pour lui apprendre la vie :  « Eh, c'est les cochons qui mangent les marrons. Co-chon ! Co-chon ! » Parfois le petit pleure ; parfois, vaillant, il rétorque le célèbre : « C'est çui qui l'dit qui y est ! »   - oui, la syntaxe est une des premières victimes de cette guerre des marrons - et la bagarre s'ensuit. Les prévoyants ont déjà bourré leurs poches sur le chemin, prenant ainsi de    l'avance sur ceux qui en sont réduits à chercher fébrilement des munitions partout autour... Accusation : « Pas le droit de lancer si fort ! » Contre-accusation : « C'est toi qu'as     commencé », le tout interrompu par une sonnerie stridente, accompagnée de coups d'œil furieux du maître qui ne rencontrent que regards innocents et mains vides...
Marronniers de notre enfance... Nostalgie de ce qui a été et ne sera plus, et joie douce-amère des souvenirs... Regardez ! Déjà les premières feuilles sont tombées...

Joshin Luce Bachoux


Les peines de la vie apportent parfois, par surprise, quelques douceurs à savourer... ainsi ce texte découvert à l'occasion des obsèques d'une amie... institutrice  dans l'âme, passionnée jusqu'au bout par l'enfance et ses trésors... J'ai reçu ce texte comme une invitation à profiter, profiter encore et toujours des feuilles de marronniers qui jonchent notre  vie, et dont les couleurs changent pour nous appeler à faire attention à elles, aussi insignifiantes soient-elles... Carpe Diem, toujours, chaque jour...

 Des racines et des ailes
En mars, notre mamie Christiane chérie ajoute une  bougie de plus à son gâteau... C'est toujours une joie de les souffler avec elle, le privilège de s'asseoir sur ses genoux étant toujours très convoité,  revenant cette année à Marion (il faut dire que les 2 garçons commencent à être hors gabarit !). C'est l'occasion pour nous de nous offrir un dîner entre-grands avec elle au restaurant,  sans piaillements d'enfants affamés et excités, et avec le plaisir d'un menu de gourmet. Mais la cuvée 2011 restera dans les mémoires : au terme d'un repas qui n'en finissait pas (un  des cuisiniers s'est blessé en cuisine et a dû partir avec les pompiers !), un événement inédit (en plus de 20 ans de permis) s'est produit : mon Christophe s'est fait flasher sur la route du retour !  Certes, il faisait nuit et certes, la zone traversée était exceptionnellement en travaux, et donc la vitesse réduite, mais le résultat est là : 45€ en moins, quelques points... incroyable.  Alors que moi, je n'ai toujours rien reçu (souvenez-vous,  moi aussi je croyais m'être fait flasher !). Donc voilà, première infraction pour monsieur, ça restera dans les annales ! Bon anniversaire mamie !
Joie des vacances en décalé, la venue des  cousins de Bretagne Sud, et une belle journée passée ensemble chez Papounet et Nicole; du soleil pour profiter des  nouveaux améngements du jardin, ça fait des enfants bien fatigués à la fin de la journée.. mais tellement contents de ces moments partagés. Louis a été séduit par le "wawe-board" de son cousin... affaire à suivre !
Racines, roots en anglais, c'est aussi ce que notre cher  Brice Kapel nous appelle à retrouver au travers de ses musiques colorées et pleines de vie... alors, quand il vient se produire en concert chez  nous, on se précipite pour ne rien rater ! Superbe  spectacle fidèle à ses promesses... Brice chante et danse avec une énergie communicative, et  toute la famille se retrouve sur  ses rythmes qui bercent nos voyages en voiture... Comme c'était Mardi-Gras, les filles avaient revêtu  leurs costumes préférés, ce qui ajoutait à la fête... Merci Brice pour tes messages qui nous parlent,  pour  ta simplicité et ton sourire; nous te souhaitons encore et toujours autant de bonheur que tes musiques nous en donnent !  A bientôt...

  Restes d'hiver
Il commençait à faire beau, notre visite mensuelle chez Disney s'annonçait printanière... et ce fut sous un ciel et des températures hivernales  qu'elle se déroula ! Retour des  gants et bonnets pour supporter les files d'attente dans la bonne humeur, et asile nécessaire dans notre  restau favori pour une pause déjeuner  "réchauffante". Malgré ça, le froid ça coupe les jambes, et celles de Marion ont vite crié grâce... heureusement qu'il y a toujours dans cette famille une bonne âme pour lui venir en aide  (et soulager les épaules de papa !).
Pour parfaire le tableau, les 3  garçons se sont offert plus d'une heure d'attente pour  Indiana Jones avant de se faire refouler tout près du but pour cause de problème technique  de l'attraction !!! Dans ces moments-là, on trouve qu'ils sont quand même de bonne composition, nos enfants ! Heureusement qu'il restait toujours les  valeurs sûres pour apprécier  le parc !

Début de printemps !
Après notre journée frigorifiante chez Mickey, je me voyais bien, le week-end suivant, profiter de ma couette, mon livre et une bonne tasse  de chocolat... et voilà que le printemps est venu frapper aux carreaux (sales). Comment résister à l'appel du dehors quand le solel brille et que les enfants emplissent la maison  de leurs joyeux braillements ?
Le temps d'embarquer les Balt' et mamie, et nous voilà en route pour Fontainebleau; quel plaisir de retrouver ces  paysages insolites après de longs mois d'hibernation ! Petite  Marie n'apprécie que modérément, mais notre  Marion s'en donne à coeur joie sur les "pitis rossés". Les 6 autres lascars fonctionnent par paire : Anaïs et Coline jouent aux chipettes,  Nathanaël et Paul  campent d'inépuisables explorateurs tandis qu' Alexis et Louis oublient pour un temps leur panoplie d'ados en construction pour redevenir de petits Robinsons crasseux...
Il faut dire que le but de la balade était double : retrouver (et traverser) la caverne des Brigands ( mission accomplie pour Christophe et les + de 5 ans) et découvrir la  géo-cache indiquée tout près ( mission accomplie également, par les mêmes !!).
Le temps file à toute allure au gré des papotages tranquilles et des crapahutages audacieux, et les petites pattes sont déjà bien fatiguées quand sonne l'heure du retour... qui s'effectuera donc  à dos de papa (mais quelle feignasse cette maman !!). La troupe raide de crasse et de sueur  prend la pose au pied des rochers, nous rappellant que le temps passe mais que  certaines choses ne changent pas ! Vivement la prochaine balade !

Des nouvelles des enfants
Avec, dans le désordre :
Coline : reine des exploits sportifs (volontaires ou pas !), têtue et susceptible (comme moi !), c'est ma fille du vent, toujous prête pour l'aventure à condition que quelqu'un la vive avec elle... Timide pourtant et si sensible face à la critique ou aux moqueries, c'est la reine des mots d'amour multicolores qu'elle me murmure à l'oreille avant le bisou du soir. Nous sommes  allés l'inscrire au CP, qu'elle faisait toute petite entre nous deux pour traverser la "cour des grands" ! Elle veut apprendre à lire et à écrire, combine déjà très bien les sons  simples et a brillament réussi ses évaluations de mi-année. Et elle m'a fait une promesse : dès qu'elle saura lire, c'est elle qui racontera les histoires, et moi qui l'écouterai... comme j'ai hâte !
Paul : retour au calme après quelques semaines difficiles à l'école; revoilà notre Paul rêveur et inventeur, qui récupère les boîtes de conserve, les composants électroniques, les  bouts de bois biscornus, les vis et les boulons abandonnés... en vue de me fabriquer le robot à tout faire promis par son père à sa propre maman, il y a plus de 30 ans ! Toujours  discret sur ses sentiments, mais prodigue en gestes tendres, c'est aussi un phénomène prêt à éclater de rire ou à faire le pitre à toute heure; dernière trouvaille : ayant demandé  à son père de lui sécher les cheveux, il s'est retrouvé avec une  coiffure digne des Jackson 5 ! Trop content, il est parti comme ça à l'école (malgré notre scepticisme affiché) et  est revenu ravi : tout le monde lui a dit qu'il avait une tête de "rock star"... comme quoi, les goûts et les couleurs !
Louis : 12 ans, c'est pour très très bientôt, en attendant la vie est belle; Mr Louis, mon inquiet chronique de maternelle, mon anxieux, mon angoissé, prend, en ce moment, la vie  du bon côté, et c'est tant mieux ! Il travaille un p'tit peu quand son corps est d'accord / Pour lui faut pas s'en faire, il sait doser son effort, mais ça marche pas  trop mal, alors... L'adolescence arrive aussi à petits pas, le bisou devant le collège devient gênant si les copains sont dans le coin, mais réclamé si la voie est libre ! Legos toujours,  en réel ou en virtuel, et Star Wars en toile de fond...
Marion : jolie poupée, petit coeur de maman toujours aux petits soins pour ses (nombreux) bébés, il faut la voir prendre soin de chacun, donner le biberon, changer la couche, soigner  une patte blessée, consoler un chagrin (sonore ou pas), installer dans le porte-bébé, promener en poussette autour de la table. Elle aime chanter et danser (surtout quand on la regarde !), préparer des gâteaux (surtout quand on peut lécher la cuillère !), faire des balades (surtout sur les épaules de papa !)... La crèche, c'est son univers, son petit monde qu'elle nous "raconte"  le soir à dîner, pour ne pas être en reste par rapport à ses aînés. Je me rappelle du temps de parole instauré chez mes parents afin que chacun ait voix au chapître, je me demande  si on ne va pas en arriver là nous aussi !

Les potins

 Les OGM sont parmi nous !!! Une envie gourmande du dimanche matin s'est transformée en vision irréelle avec la transformation de nos croissants à cuire en  sortes de  monstres démesurés !  Plaisir des yeux... et des estomacs de gourmands !

 Amis de la nature que nous sommes, celle-ci nous le rend bien... un pigeon est venu faire son nid sur le volet de Coline... nous avons donc été contraints      de le déloger, et avons découvert avec surprise que le nid contenait      un oeuf !

 Tata Nicole et tonton Juju attendent... et nous avec eux; mai est déjà un mois chargé, avril c'est joli pour venir au monde, non ??