La chronique d'Elodie - mai - juin 10

  Les travaux sont finis, du moins le gros oeuvre
Ca sent le plâtre et l'enduit et la poussière toute neuve"   

  Bénabar

 Et oui, les travaux sont finis, du moins le gros oeuvre... et il aura fallu 2 mois pour sortir la tête de l'eau, ou plutôt des gravats, des outils, de la colle, du plâtre, du carrelage,   des clous et des vis, des pansements et du désinfectant... Bref, impossible de m'atteler à cette chronique plus tôt. Merci à ceux qui s'en sont inquiétés, qui l'ont réclamée, qui   nous ont soutenus et encouragés dans ces semaines chargées ! Mais ça y est, on y est presque, les nouveaux quartiers n'attendent que votre visite... tout comme cette chronique double,   dans laquelle je vais tenter de relater mai et juin en aussi peu de mots que possible ! 
 
Frayeur de mai

Mois de mai, mois du muguet.. et des jours fériés (au moins pour ceux qui travaillent le samedi, cette année !). Mois que nous avons  inauguré par une visite tardive aux urgences les plus proches, pour accompagner une Colinette et son crâne entaillé...
Pour ceux qui ne l'ont pas vue depuis longtemps, Coline c'est une pile d'énergie renouvelable, écolo et auto-alimentée...jamais fatiguée, quoi... jamais en baisse de régime... toujours au taquet, comme dirait tonton Ju. Donc, quand on demande à cette jeune personne de se calmer et d'arrêter 2 minutes de se balancer sur sa chaise ("une chaise, ça  a 4 pieds Coline !"), autant faire pipi dans l'alto de son frère... 9 fois sur 10, ça finit par une remontée de bretelles en règles avec bouderie conséquentielle, et 1 fois sur 10,  de préférence un jour férié à 21h quand son père a passé la journée à genoux dans la cuisine à  faire sauter le carrelage au perforateur, ça finit par une chute arrière avec choc  contre le chambranle de la baie vitrée...
Parents indignes que nous sommes, nous commençons par la jouer froidement moralisateurs ("c'est bien fait, la prochaine fois au moins tu feras attention") avant de nous rendre compte  qu'elle saigne, et que c'est ouvert !!! Et voilà donc comment on atterrit aux urgences exceptionnellement désertes, où la miss se voit offrir l'assistance d'un gaz euphorisant pour  supporter les  4 points de suture nécessaires... Elle plane totalement, rigole bêtement et amuse tout le staff rassemblé autour d'elle (pauvres désoeuvrés...). Plus de peur que de mal,  heureusement, la leçon sera-t-elle apprise un jour Dieu seul le sait... en attendant, cette aventure lui aura permis de monopoliser la parole à l'école durant le temps de langage,  une fois n'est pas coutume !

Fiesta familiale 

D'autres réjouissances nous attendent dès la semaine suivante : une réunion de famille(s) nous donne l'occasion de découvrir les  "petits cousins" nouvelle  génération ou  les rapportés non encore rencontrés !,  et de présenter notre  Marion encore inédite pour certains.  Rémi joue les baby-sitters d'élite au grand plaisir de Coline qui a déjà oublié sa mésaventure sus-racontée. La fête donnée en l'honneur de Jean pour  son jubilé est un très bon moment et nous assistons avec enthousiasme à  l'hommage bien sympathique qu'il reçoit de ses  paroissiens et amis. Cela nous prouve, s'il en était besoin, combien les actions et les expériences menées ensemble, comme Jean a aimé à le dire, permettent à des communautés de se souder et d'être des lieux d'accueil et de vie. Merci Jean pour ce témoignage plein d'espérance; rendez-vous dans ??

Voici le mois de mai où les flammes volent au vent...

1 bougie de plus sur mon gâteau, me voilà à 35. Premier anniversaire dans une maison en pleins travaux, avec un mari qui fait des  journées doubles, cumulant la profession d'informaticien le jour et celle de  carreleur - plâtrier - cuisiniste - peintre le soir (et une bonne partie de la nuit !). Mais j'ai quand même droit à  mon gâteau et mes cadeaux, sans oublier les câlins qui sont le sel de la vie !
Les jours passent et se ressemblent (boulot-travaux-dodo), et nous arrivons à l'anniversaire de Coccinelle qui a la bonne idée de tomber un dimanche... Jour du Seigneur oblige, nous faisons un break le temps  de partager, avec les copains de sortie de messe, une  pizza et un  gâteau bien mérités. Las, le démon des travaux s'empare de l'homme, et dès  les cadeaux déballés, c'est reparti pour une  tournée de sous-couchage des murs de la cuisine ! Pas de repos pour  les braves !
Grâce à cet acharné familial c'est dans une  cuisine fraîchement peinte qu'une semaine plus tard nous pouvons préparer le  gâteau aquatique que Coline nous a commandé pour partager avec  ses petits copains, pour  sa première fête d'anniversaire (5 ans chez nous c'est l'échéance). Au programme : inévitable chasse au trésor, carressage de  gerbille, course  à l'oeuf, invasion du  jardin... Tandis que Paul, de son côté, est également invité à un anniversaire,  Louis nous donne un coup de main, très à l'aise dans son rôle de G.O.  très apprécié des loustics  !

De mai à juin, de fête en fête 

Même quand on n'est pas encore à l'école, on peut avoir sa fête de fin d'année... à la crèche. Ce fut le cas pour notre  Marionnette, toute contente de profiter  avec nous des jeux et  animations prévus pour  les tout-petits, autour du thème du  cirque. Déclinant la proposition de maquillage, elle a laissé sa place à  sa soeur qui a adoré devenir un lion féroce pour la durée de la fête !
A l'école de  Coline, bien sûr, il y a la fête ;  danses endiablées au programme pour note poupée qui s'est vraiment éclatée avec beaucoup d'application !  Slow langoureux, danse des  rubans...  rien de tel qu'un beau spectacle pour nous décider à l'inscrire à la danse l'an prochain ! Les petits danseurs méritaient bien une récompense, et ils ont eu droit à une sortie à la ferme,  où, une fois encore, Christophe a eu la chance de pouvoir jouer les accompagnateurs-reporters ! Après avoir broyé le blé pour faire de la  farine, les enfants ont pu  préparer du  pain, dont ils se sont régalés  dès la cuisson achevée ! Une ferme, bien sûr, ce sont des animaux :  cochon lapin vache... mais aussi la découverte du  tracteur, la balade en chariotte  entre copines, et évidemment le  poney chéri-que-je-veux-l'emmener-à-la-maison-papa-s'il-te-plaît. Belle sortie de fin d'année !
Les représentations se sont succédées pour  Paul : la traditionnelle  audition d'alto nous a permis de l'entendre en solo, et de mesurer ses progrès, avec fierté ! Sa saison sportive s'est finie avec une compétition  de  gym interne au club , où il a brillamment terminé 8° (sur 8 !!), toujours avec  le sourire. Y'a pas à dire, mon Paul il est fair-play et il sait que l'essentiel c'est de  participer jusqu'au bout !! Et cela a bien évidemment suscité des  vocations dans la famille... Enfin, pour la fête de l'école, il s'est  trémoussé sur des airs de Queen avec beaucoup d'entrain et de plaisir... Profite mon Paul, amuse-toi !
Révélation pour nous cette année avec le goût de  Louis pour la danse et... le cinéma; non content d'occuper son temps du midi à la cantine à apprendre des chorégraphies  pour une  compétition inter-écoles, il s'est investi dans un projet cinéma, donnant naisance à un court-métrage complètement loufoque mais très rigolo. Carrière naissante ?  Lors de la fête de l'école,  sa classe était en "auto-gestion", les enfants ayant créé eux-mêmes leur chorégraphie, et il faisait partie des créateurs... j'suis trop trop fière ! Le résultat sur Beat it de l'inévitable  Michaël J. était vraiment  réussi. Cela lui fera de beaux souvenirs de sa dernière année d'école primaire. Un pas de plus vers l'adolescence...
Au milieu de tout cela, j'ai eu moi aussi ma fête de l'école, sous un ciel et des températures d'automne...Il me manquait 11 élèves, mais les  20 présents ont tant bien que mal assuré  la  danse répétée tant de fois... j'étais bien fière d'eux, et eux aussi ! 

Noces ensoleillées

De nouveau un mariage dans ma famille, il y avait longtemps que nous n'avions pas retrouvé la campagne des Monts du Lyonnais ! Merci donc  à  Coralie et Julien de nous avoir convié au leur, sous un soleil resplendissant et une chaleur caniculaire !
Nous avons apprécié la belle cérémonie pleine de profondeur, rappelant où se situe l'essentiel de la vie... et la fête joyeuse et animée !
Marion et Mia se sont entendues commes  larronnes en foire tout le week-end, cela promet pour plus tard cette paire de minettes-là !
Bonne route aux jeunes mariés, continuez à profiter de la vie ! 

En juin aussi les bougies sont là !

Pour  Christophe tout d'abord, dernière ligne droite avant la quarantaine, mais toujours une âme d'enfant... stimulée par le nouvel  hélicoptère télécommandé que les enfants et moi lui avons offert. Vous pouvez aller admirer ses prouesses ici (attention, vidéo réalisée par Louis !).
Pour Paul dès le lendemain, avec un  gâteau réalisé par les élèves de ma classe (c'est ça joindre l'utile à l'agréable !), puis quelques jours plus tard avec les copains autour  du  jokari tout neuf, des  Kapla, des  jeux divers... et du  gâteau-alto demandé par l'artiste...

30 ans tout rond

C'est ce qui sépare Paul et Christophe, ou Coline et moi, c'est aussi l'âge canonique qu'a atteint  Sarah en ce dernier week-end de juin... comme elle voulait être entourée pour passer le cap, et que nous ne refusons jamais de donner un coup de main, nous avons débarqué chez elle pour une soirée  musicale et mouvementée très joyeuse, comme on voudrait  en faire plus souvent ! Bon anniversaire Sarah, profite de cette dizaine, et de toutes celles à venir !

"Le point sur les travaux"

comme on dit en Conseil d'Ecole... que dire si ce n'est que j'ai encore du mal à y croire, avec ma belle cuisine immmmmmense et flambant neuve,  équipée de beaux casseroliers silencieux, de placards astucieux, d'un évier rétro trop charmant, d'un plan de travail qui n'en finit pas... Des murs coquille d'oeuf, du carrelage grès/beige,  des boiseries blanches (ça, ça reste encore à faire !)... Bref j'en rêvais, et la voilà !
Quant à notre chambre, il fallait beuacoup d'imagination pour la penser, en faire les plans, la décrire, mais maintenant qu'elle est là, je ne comprends pas comment on a pu s'en passer si longtemps ! Toute blanche encore (c'était provisoire, le temps qu'on se décide pour la peinture, mais ça va peut-être devenir définitif car ça nous plaît comme ça !), parquet miel, grands Vélux, placards en cours  d'aménagement... on s'endort Vélux ouvert, avec vue sur les étoiles...
Tandis que Christophe sciait, ponçait, carrelait, vissait, fixait, jointait, étanchéifiait, faisait l'installation électrique, parquetait, posait du placo, montait la robinetterie,  j'en passe et des meilleures, et tout ça avec le sourire et dans le calme, les enfants ont fait de leur mieux pour mettre la main à la pâte : nous avons donc eu  Paul le roi du perfo,  Louis le champion  de la masse,  Coline la massacreuse de meubles, et Marion la...peureuse, fuyant devant le moindre outil bruyant ou volumineux ! Quant à moi, peu efficace il faut bien l'avouer, je me suis arrangée pour qu'au  milieu de ce chantier mes élèves aient de quoi travailler, que tout le monde ait de quoi manger, des vêtements propres à se mettre, des devoirs faits et signés, une dose raisonnable de jeux et de câlins,  que l'armoire à pharmacie soit toujours approvisionnée et les blessures soignées... à chacun sa tâche quoi !
Bref, pour un album pas à pas du chantier c'est ici, et pour la visite... quand vous voulez !

Les potins

 Tout chaud tout nouveau tout beau, Eloi est arrivé chez Anne-Sophie et Rémi, juste à temps pour la nouvelle édition ! Tous nos voeux de bonheur à ce  petit garçon à qui nous souhaitons la même sagesse que celle du conseiller d'un célèbre roi mal culotté !

 Notre petite ville est décidément en passe de devenir Hollywood bis... encore un tournage,  dans notre quartier, avec  Lorie en guest star s'il vous plaît ! La pluie et le froid n'ont pas découragé les enfants qui ont patiemment attendu pour recevoir leur autographe. De quoi crâner dans la cour de récré !

 Et pour clôturer cette chronique, une spéciale dédicace à  super mamie Christiane, qui nous a épaulés durant ces semaines de folie, assurant l'intendance quand  je ne le pouvais pas, le gardiennage des loupiots dans les phases délicates, l'assistance du chef de chantier, la motivation des troupes... Bref, un rôle irremplaçable que nous  avons apprécié à sa très juste valeur, merci merci mille fois mamie !