La chronique d'Elodie - mai 08

Donc, j'étais un mauvais élève. Chaque soir de mon enfance, je rentrais à la maison poursuivi par l'école. Mes carnets disaient la réprobation de mes maîtres. Quand je n'étais pas le dernier de ma classe, c'est que j'en étais l'avant-dernier. (Champagne !)Fermé à l'arithmétique d'abord, aux mathématiques ensuite, profondément dysorthographique, rétif à la mémorisation des dates et à la localisation des lieux géographiques, inapte à l'apprentissage des langues étrangères, réputé paresseux (leçons non apprises, travail non fait), je rapportais à la maison des résultats pitoyables que ne rachetaient ni la musique, ni le sport, ni d'ailleurs aucune activité extra-scolaire.
- Tu comprends ? Est-ce que seulement tu comprends ce que je t'explique ?
Je ne comprenais pas.[...]
A tous ceux qui aujourd'hui imputent la constitution de bandes au seul phénomène des banlieues, je dis : vous avez raison, oui, le chômage, oui, la concentration des exclus, oui, les regroupements ethniques, oui, la tyrannie des marques, la famille monoparentale, oui, le développement d'une économie parallèle et les trafics en tout genre, oui, oui, oui... Mais gardons-nous de sous-estimer la seule chose sur laquelle nous pouvons personnellement agir et qui, elle, date de la nuit des temps pédagogiques : la solitude et la honte de l'élève qui ne comprend pas, perdu dans un monde où tous les autres comprennent.
Daniel Pennac

Merci à mamie Suzanne pour ce joli cadeau d'anniversaire, Chagrin d'école de Daniel Pennac, donc. En cette fin d'année scolaire où les parents,  les élèves et les "maîtres" dressent plus ou moins publiquement (et/ou douloureusement)"leur bilan de fin d'année"... Et parce que je suis toujours convaincue que le corps enseignant n'est pas composé que d'un ramassis de fainéants socialement inadaptés comme on le présente si souvent, je dédie ces jolies lignes de littérature à tous les "collègues" qui me lisent...
J'ai toujours encouragé mes amis et mes élèves les plus vivants à devenir professeurs. J'ai toujours pensé que l'école, c'était d'abord les professeurs. Qui donc m'a sauvé de l'école, sinon trois ou quatre professeurs ?

Un pied devant l'autre

Un mois de mai marqué par la course... Nous avons assisté à l'arrivée des premiers coureurs du traditionnel marathon du 1° mai... Décidément, voir passer ces sportifs défigurés par l'effort, c'est trop dur pour moi, je pleure comme une madeleine à chaque fois... Heureusement, les enfants font des supporters plus enthousiastes ! Et ne se privent pas de profiter des activités proposées sur le village-arrivée...
Quelques semaines plus tard, ce n'était plus un marathon mais le cross des écoles ! Imaginez donc, moi qui pleures devant de parfaits inconnus, dans quel état je pouvais être au passage de mes coureurs !! Tous deux ont fait leur maximum avec beaucoup de plaisir, et je suis très fière d'eux, bravo mes champions !! Qu'importe le classement, je leur avais bien répété, comme dans Rasta Rocket que "l'important, c'est de finir la course" !

Du temps où il faisait beau...

Moi de mai, mois du muguet... et des professions de foi à la paroisse. Ce qui implique église bondée et messe à rallonge... et quand, comme nous, on arrive sur le parvis à 10h28, il ne nous reste plus qu'à faire-demi-tour pour célébrer la messe en intention et entre amis ! jamais les garçons n'ont autant cru en Dieu que ce jour-là !!!! Bref, un dimanche ensoleillé partagé entre une brocante et un repas incruste chez Sarah et Christopher... génial !
La météo restant décidément clémente, c'est une vraie journée d'été que nous avons partagé avec Laurent, Anne-Cécile et leurs puces. La piscine fut la bienvenue pour rafraîchir l'atmosphère, après les premières envolées de Laurent sur les rollers de Christophe... tandis que les mamans profitaient un peu du calme du jardin. Revenez, les Berthier, qu'il refasse un peu beau !!!
Nous avons aussi enfin découvert la maison de tata Lili et tonton Hugo, "près de la capitale"...Les enfants étaient tout excités de passer la journée chez leurs cousins, pour la première fois ! Tellement excités d'ailleurs qu'on n'a pas pu les avoir une seule fois en photo !!! Mais bon l'essentiel c'est qu'on a passé une super journée, que les enfants ont bien labouré le jardin, et que maintenant on est fin prêts pour la future nouvelle maison !!
Toujours sous le soleil, Christophe et les gars sont allés admirer une manifestation de cerfs-volants... des engins plus impressionnants les uns que les autres, et l'occasion de ressortir notre création maison... et de s'apercevoir qu'il manque les autographes des deux dernières-nées  de la famille ! Il faisait si chaud qu'ils se sont vite réfugiés à la   piscine, accompagnés de quelques amis ramassés en chemin...

Cascade d'anniversaires

Pour mon anniversaire, Christophe a eu l'idée fantastiquement merveilleuse de m'acheter.. une farandole de gâteaux. Histoire d'être sûr d'avoir assez de place pour mettre toutes mes bougies ! En plus, j'ai été ultra-gâtée avec un après-midi de shopping à la Pretty Woman (mais hélas je n'ai pas la silhouette de Julia Roberts !) et un belle balancelle bi-place suspendue, pour bouquiner tranquillement dans le jardin ou câliner mes choupettes. Merci, Homme !!!
Pile poil une semaine plus tard, c'était à notre Coccinelle de souffler ses 3 bougies, et de déballer ses cadeaux. Depuis, elle clame à qui veut l'entendre qu'elle a mangé le gâteau de "nanniversaire", et que "après, elle va à l'école". Même que nous avons franchi l'étape 2 dans l'acquisition de la propreté : fini les couches à la sieste ! Plus que les nuits et on y sera !!!

De l'eau et des amis

Une fois tous les... je ne sais pas combien, mais pas très souvent en tous cas, nous descendons du côté de Lyon; et à chaque fois, nous squattons chez les CaroChris. Notre dernière incursion remontait à l'été dernier, souvenez-vous : taux d'humidité maximal, pluies torentielles, inondations imminentes... Et bien cette fois-ci... rebelote !
C'est sous une pluie fine que nous avons débarqué en début d'après-midi, puis sous un vrai déluge que nous avons assisté au récital de fin d'année de Mathis et Capucine à l'école... Malgré l'atmosphère orageuse (au sens propre), Marion a été très sage durant le spectacle.  De retour chez eux, jeux, discussions et tournois de DS, comme on sait le faire ! Avant la mémorable   crèpe-party gérée de main de maître par Christophe (l'autre). Donc, c'est sûr, la prochaine fois on remet ça, et tant pis s'il faut prévoir les K-Ways !

Noces de Platine en province

Le but de notre descente vers Lyon, plus précisément vers les Monts du Lyonnais,  terres natales de mamie Suzanne et papi Robert, n'était rien moins que la célébration des 70 ans de mariage de   mes grands-parents maternels, coïncidant  avec les 95 ans de mon grand-père. Des événements, comme ça, avouez que ça n'arrive pas souvent, et que ça méritait le voyage !  Presque toute la   nombreuse famille s'était rassemblée autour d'eux pour fêter l'événement, et c'était vraiment sympathique de se retrouver tous ensemble.  Le rôle de petit dernier était tenu par   Thomas, notre petit neveu chou-chou, toujours aussi cool et mignon.   Tata Nicole ne semble pas avoir été trop  impressionnée par tous ces cousins, cousines, oncles, tantes, "cousins issus de germains", pièces rapportées, etc...   Tonton Juju replongeait  dans la "familia" après une eclipse de quelques années, le temps que jeunesse se passe...  Quant à notre Marion, elle a fait avec joie la découverte de   sa grand-mamie et de son grand-papi, ainsi que celle de sa "cousine" Bénédicte,  chez qui elle se serait bien invitée !!!  Les   autres lascars se sont éclatés, comme à l'accoutumée, profitant de papi Robert pour effectuer   quelques acrobaties (avant de revêtir leurs tenues chic,  heureusement !).
 Rendez-vous est donc pris pour 2018, qu'on se le dise !!

Nos loustics

Marion découvre les bibs, et tout son rythme est perturbé, arrghh !! Mais si cela lui permet de se remettre sur les rails de sa courbe de poids... et puis il reste quand même quelques tétées-câlins de temps en temps. Elle gazouille, appelle, redresse sa tête, attrape ce qui passe à sa portée, et nous enchante tous les jours.
Coline a visité sa future école, toute timide et scotchée à ma jambe; méconnaissable ! Elle a une mémoire d'éléphant et toujours des réflexions tordantes. Son CD préféré dans la voiture c'est Spiderman; après recherche poussée, il s'agit en fait de Jean-Jacques Goldman (évidemment !!).
Paul "énerve" sa maîtresse parce qu'il finit toujours trop vite et trop bien son travail... pourvu que ça dure. Pour la fête de fin d'année, j'ai cru comprendre qu'il sera déguisé en arbre "avec des gros mots écrits dessus" comme "poubelle"... où cela va-t-il nous mener ?
Louis a fait sa sortie de fin d'année à Guédelon, chantier de construction d'un château-fort "à l'ancienne"; il a adoré  et pris plein de photos "à l'ancienne" que je dois faire développer, comme quand le numérique n'existait pas (au siècle dernier !)

Les potins

 On espère que les anniversaires de juin apporteront le soleil... on y croit.

 Toujours rien d'officiel dans les annonces du carnet rose... on attend !!!

 Le résultat du sondage est sans appel : malgré son retard, ma chronique est plébiscitée, et ça m'a fait chaud au coeur !! Merci à tout les votants, et je vais excuser les autres en disant qu'ils y ont pensé très fort, mais que les touches de leurs claviers d'ordinateur avaient fondu (c'est une excuse comme une autre !). MERCI !!