La chronique d'Elodie - février 08

Tu es d'un chemin
Tu viens de loin, de quelqu'une et quelqu'un
Tu es d'un chemin
Nos anciens, notre passé
Notre trésor, notre fierté
Qui nous montre notre chemin

Jean-Jacques Goldman (évidemment...)

Le chemin de notre petite Marion a enfin rejoint le nôtre... et la déjà si belle aventure de notre famille se prolonge grâce à elle, comme "un cadeau d'hier à demain"... Pardonnez-moi si je vois tout en rose, mais, sans oublier les douleurs, les attentes et les souffrances de certains  qui me sont chers, je ne peux que m'émerveiller devant l'insondable et fabuleux mystère de la vie... Récit d'un mois magique qui nous a offert notre toute petite fille, le jour de la fête de Notre-Dame de Lourdes...

Activités d'hiver : intérieur

En février, on est au coeur de l'hiver... Alors il faut bien prévoir des activités en rapport avec la météo  ! Nous avons commencé le mois en fêtant    l'anniversaire de notre filleule Lucie... 8 ans déjà, le temps file, c'est incroyable ! Coline était très déçue car elle voulait voir le "bébé Grabrel" (= Gabriel), qui a dormi comme un bienheureux tout le temps de notre visite !! Cela ne nous a pas empêchés de passer un bon moment - au calme -, et Coline s'est vite consolée en explorant les multiples trésors "de fille" que cachait la chambre de Lucie...
Un bon moyen de passer le temps au chaud, c'est aussi de bouquiner tranquillement... et de faire la lecture pour ceux qui n'en sont pas encore capable ! Mais on peut aussi exploiter les dons paternels en jouant de la guitare en duo, par exemple. Courageux papa qui réussit à jouer ses accords par-dessus les dissonances émises par sa fille !
Mademoiselle a décidément des talents artistiques certains; après la musique, le théâtre ! Rien qu'à voir son plaisir de se déguiser, on se voit déjà assistant à sa consécration à une future cérémonie des Molières ! D'autant que la vocation est familiale ! Nous avons eu droit à un formidable "pestacle" de nos trois aînés, avec des dialogues percutants du genre :
Paul (en chevalier) : Je t'attaque !
Louis (en chevalier aussi) : Aaagh !
Coline (cachée dans le lit) : La Reine Coline
Louis et Paul : Chuut, Coline, c'est pas maintenant !
Louis (à Paul) : Pourquoi tu m'attaques ?
Paul : Je ne sais pas.
Louis : Alors, on ne s'attaque plus.
Paul : D'accord.
Coline (surgissant du lit comme un diablotin de sa boîte) : La Reine Coline !!
Louis et Paul : Mais Coline, c'était pas maintenant ! Bon, tant pis.
Et les voilà tous les trois se lançant dans une ronde superbement chorégraphiée, avant de nous offrir un salut final très pro... Bref, y'a de l'avenir dans cette branche, qu'on se le dise (et si le théâtre ne marche pas, ils pourront se lancer dans le cinéma d'auteur !!)

Activités d'hiver : extérieur

En février, on est aussi aux portes du printemps ! Alors de temps en temps, on peut mettre le nez dehors pour... jouer au tennis par exemple. C'est sûr que les échanges ne sont pas aussi rapides et puissants qu'à Wimbledon, mais parfois nos joueurs réussissent à taper 2 fois de suite dans la balle ! Comme c'est un peu monotone à regarder, c'est en général Christophe qui s'y colle, tandis que je "surveille" la sieste de Colinette (en "faisant du lard").
On peut aussi enfin  profiter des joies du kart de Papounet, maintenant qu'on l'a équipé de 2 pédales ! Les garçons s'éclatent, Coline trépigne parce que ses jambes sont trop courtes pour atteindre les pédales de la "petite voiture"... et que ses frères, la pousser un moment ça va bien, mais à la longue ça les saoûle un peu !
Et puis toujours les balades tranquilles en famille... histoire de faire accoucher la big mama... Quand le soleil se montre, notre destination de prédilection c'est la "promenade des étangs" comme disent papi et mamie. Là c'est super, il y a même une voie ferrée désaffectée et un vieux wagon à explorer... Mais le froid et l'air vif, ça fatigue les moins résistants, et comme j'étais "out", Christophe a dû jouer les porteurs pour deux de nos loustics, jusqu'à la voiture !

Et, enfin, l'enfant paraît !

Oui, enfin ! Alors que nous l'attendions au plus tard pour le 10 février, notre petit trésor s'est annoncée... le 11! Résumé rapide ?
J'avais, dès la date de mon terme annoncée, prévu que j'accoucherai au plus tard fin janvier... Dès le début du mois donc, je me lance dans les soldes, le ménage régulier, le tri des cartons, la préparation de la chambre du bébé... Bref, des journées bien remplies, en plus des heures de jeux assise par terre avec Coline, ou à 4 pattes avec les garçons etc...
Mais le temps passe, et le bébé reste... là où il est. Dernière visite de gynéco le 17 janvier : rien ne bouge. Un col vaguement ouvert (très, très vaguement), et toujours le pronostic d'un bébé "rondelet" (c'est sûr, c'est un garçon, me dis-je). La fin janvier arrive, mais pas le bébé. Par contre, les kilos s'accumulent gentiment, eux. On passe le cap: nous voilà en février. Bon, le 2 février, c'est une belle date. Mais voilà, le 2 passe, le 4, le 6... Mais ce n'est pas possible !! Pourquoi il ne vient pas cet enfant ???
Je m'occupe comme je peux, mais je n'arrive pas à me résoudre à faire mes vitres... D'abord je déteste ça, ensuite Christophe le fait si bien !!! Et voilà comment on arrive au matin du 10 février... Date du terme donc, pour ceux qui ne suivent pas. Laissant les enfants à la garde de papi et mamie, nous partons en amoureux à la clinique, le coeur plein d'espoir... et revenons, 2 heures plus tard à la maison, congédiés par la sage-femme qui a confirmé qu'ils ne peuvent pas déclencher l'accouchement, le bébé étant encore "au dessus du niveau de la mer" et le col toujours bien fermé !! Déception familiale, mais le bébé va bien, c'est l'essentiel. Je pense très fort à Aurélie et Bertrand, et à leur petit Eliot qui leur a fait le même coup... Ces deux loupiots devraient s'entendre plus tard !
Du coup, nous décidons de squatter chez les grands-parents et en profitons pour préparer les faire-parts, histoire de rentabiliser la journée. Et visiblement, c'est ce que le petit bout attendait ! A 00h45, crac plouf je perds les eaux ! Cool ! Moins cool, le trajet jusqu'à la clinique... J'ai bien bien mal, et pourtant je suis persuadée que le travail n'a pas commencé (j'ai vécu ça pour les naissances de Louis et Coline !). A 1h30, verdict de la sage-femme : dilatation à 7 ! Donc on y va ! C'est génial, mais je sens bien que ma péridurale s'éloigne lentement vu la vitesse à laquelle les contractions arrivent. Et bingo, à 2h12 notre petite princesse apparaît, un peu sonnée parce qu'elle avait pris idée d'utiliser son cordon comme une écharpe ! Moi je suis liquéfiée (2° accouchement sans péri..; ça se fait, mais c'est pas l'extase !) et inquiète, jusqu'à ce que j'entende le caractéristique "cri des Minguet" venant de la nurserie... Pour me détendre, la sage-femme me dit :
"A vue de nez, c'est bien un bébé de 3kg800... Vous avez bien travaillé". 2 minutes plus tard, Christophe, qui a suivi notre poupette,  passe la tête par la porte et, incrédule, me souffle : "4kg060 !!!!!". Je manque m'évanouir, avant de réaliser que de toutes façons j'ai déjà accouché et qu'ils sont bien passé tous ces kilos !
Mais dès que je tiens ma petite Marion dans mes bras, elle me paraît si frêle et minuscule que j'oublie les kilos, et que nous pouvons enfin profiter de notre bonheur tout neuf...
Bonheur complet quand, quelques heures plus tard, Louis, Paul et Coline viennent faire connaissance avec leur petite soeur... Tous me semblent si grands, et si attentionnés... Coline réclame Marion ("donne-moi Marion maman"), et ses frères la couvrent le bisous... Que demander de plus ?   Le 14 février, jour de la Saint Valentin, Christophe m'envoie à la maternité un bouquet-à-la-papi-Robert, symbole de notre   "grande famille" (2 grandes roses pour papa et maman, et 4 petites roses à la tige de la plus en plus courte pour chacun des enfants !),   et, pour la première fois, nous nous entendons parler de nos enfants en disant "les gars et les filles" !

Premières visites

Bien évidemment, Christophe a annoncé l'événement rapidement, et très vite Marion reçoit la visite de ses grands-parents. Je suis aussi super contente que ma soeur "tata Lili" soit en France pour venir découvrir sa petite nièce, et même tonton Juju et tata Nicole font le voyage de Normandie pour embrasser notre Marionnette... et se préparer à cajoler leur futur bébé qui s'annonce pour le mois de mars.
Marion fait également connaissance avec sa marraine, dont elle porte le prénom, et nous nous félicitons de notre choix tant cette marraine semble "apaisante" pour notre poupinette qui squatte ses bras en dormant comme une bienheureuse sans se poser de questions !
Des voyageurs venus de loin s'arrêtent chez nous : Caroline et Christophe, remontés en région parisienne par un heureux concours de circonstances (précisons que cette fois-ci ils avaient prévu un appareil photo... mais sans carte mémoire !!), et puis Flore et Julie, représentant leur famille toulousaine, accompagnées par Marie-Jo...
Nous savourons avec délice ces moments de présentation... merci à tous ceux qui sont venus, ont téléphoné, écrit, mailé, faxé, SMSé...

Et la surprise du mois !

Déjà bien riche en émotion, notre mois de février s'est achevé sur une surprise : l'arrivée, azvec pile poil un mois d'avance, de THOMAS, le bébé de tata Nicole et tonton Juju (voir plus haut !). On ne s'attendait pas à le découvrir si tôt, ses parents non plus d'ailleurs, mais quelle joie quand nous l'avons appris ! 17 jours après notre Marion, papi et mamie ont donc ajouté un nouveau visage à leur casting de petits-enfants !
Voilà donc la lignée des Perret garantie de se prolonger au moins sur une génération de plus !
La prochaine chronique relatera notre voyage pour aller découvrir ce petit neveu tout neuf, mais en attendant on l' embrasse fort, ses parents aussi bien sûr, et on imagine déjà la paire de canailles que sa cousine et lui deviendront rapidement...

4 notes sur notre portée

Ré : Louis. L'arrivée d'une nouvelle petite soeur l'a encore fait grandir... toujours très responsable et attendri, il adore contempler Marion et la câliner. A la chorale de l'école, il chante Armstrong de Claude Nougaro, et ça ne lui plaît qu'à moitié parce que ça parle d'un Louis, alors "tout le monde se moque de lui parce qu'il s'appelle Louis"... dur dur l'enfance parfois. Profitant de son congé de paternité, Christophe a pu assister à son cours de tennis, et voilà donc quelques clichés en exclusivité...
Fa : Paul. Le plus empressé auprès de Marion, c'est lui. Enfin une nouvelle petite poupée à bisouiller... S'il pouvait, il dormirait dans le même lit qu'elle et lui donnerait le sein ! Tout l'émerveille : ses petits cheveux si noirs, ses toutes petites mains qui l'agrippent, ses grands yeux quand elle est réveillée... et c'est à lui que mademoiselle a adressé le plus de sourires jusqu'à aujourd'hui... Il profite à fond des vacances et a suivi son premier stage de judo, comme un grand. Et un de ses grands plaisirs, c'est de lire tout seul le livre du soir...
La : Coline. Moi qui craignais une explosion de jalousie, je suis rassurée... Notre puce est toute gentille avec sa petite soeur, veut la prendre dans ses bras, m'interpelle vivement si je ne vais pas assez vite la chercher quand elle pleure, etc... C'est vrai que je suis moins disponible, mais Colinette partage facilement ses livres avec Marion, comme ça je peux lui raconter des histoires en allaitant, ça ne la dérange pas ! Elle nous semble très grande évidemment, elle qui était notre toute petite il y a encore un mois...
Do : Marion ! Elle a pris son temps, mais maintenant elle est bien là, et nous n'en revenons toujours pas. Sa petite vie de bébé rythme la nôtre (enfin, surtout la mienne !) et ses progrès quotidiens nous ravissent tous. Elle s'affine déjà doucement malgré son solide appétit, et sa petite frimousse nous rappelle tantôt un de ses frères, tantôt sa soeur même si elle est déjà tellement différente d'eux...  

Les potins

 Mars est riche en bougies, du début à la fin ! Bon anniversaire à tous !

 Un petit coucou et un gros bisou aux "looseux" qui se reconnaîtront... On a beaucoup apprécié votre visite, et,  grâce à vous, Coline a franchi une étape de plus, à découvrir dans la prochaine chronique !