La chronique d'Elodie - août 07

"Avec le début de ce mois de septembre,[...] l'heure de la rentrée a sonné, rappelant la réalité de la vie comme un appel qu'il faut honorer. Avec force et responsabilité. Le temps n'est plus à rêver. Le temps qui vient, ce temps qui nous est donné, est à vivre et à bâtir."
Père Benoît Gschwind

Le temps qui vient est à bâtir... bonne rentrée à tous, petits et grands. Que diriez-vous d'un petit détour tardif sur les chemins de nos vacances, avant de se lancer dans l'aventure d'une nouvelle année ?

Première étape : retour aux sources

Pour ceux (nombreux) qui l'ignorent, je ne suis née ni de la dernière pluie ni sous le ciel de la Brie... Le berceau familial se situe plus au sud, du côté de Lyon, là où labourages et pâturages restent encore les deux mamelles de l'économie. C'est au coeur de cette luxuriante campagne des Monts du Lyonnais que nous avons posé nos valises et planté notre tente au début du mois d'août.
La Ferme équestre de Pragrand, qui nous accueillait, nous a ravit dès le début : aspect rustique à souhait, calme absolu (nous étions les seuls campeurs !!),    vue imprenable sur la campagne environnante, chemins de    balades tout proches, petits coins de calme pour    lire et se câliner tranquillement...
 Sans oublier évidemment toutes les    activités équestres possibles, auxquelles    les garçons ont goûté sans modération.
 Loin de la foule des touristes, nous avons profité du calme pour    arpenter la région et découvrir    mille et une petites beautés, me propulsant  bien des années en arrière lorsque je profitais moi aussi de ces paysages en famille, avec mes yeux d'enfant;    les enfants d'ailleurs ont adoré cette  vie cool et calme, où on peut se promener partout sans danger et où    les animaux sont nos amis...
 Enfin bon, tout cela était idéal tant que le soleil a été de la partie... soit 2 jours 1/2. En effet, dès le lundi soir, un orage au désespoir  bruyant s'est abattu sur la région, s'acharnant sur notre frêle petite tente. Christophe avait pourtant creusé de jolies rigoles pour nous protéger,  mais celles-ci ont fait pâle figure face aux centaines de litres (voire plus) d'eau qui se sont déversées cette nuit-là. Bilan du mardi matin : Christophe en  pyjama à 6h30 en train d'écoper l'espace central de la tente, 5 paires de chaussures imbibées (ben oui, on les avait oubliées !), et un petit-déjeuner    en intérieur... sans parler d'un taux d'humidité de 98% à l'intérieur de la tente !
 Heureusement, bénis des dieux et du web, nous avons trouvé refuge chez les CaroChris qui nous ont offert le gîte, le couvert et le sèche-linge, histoire  de me réconcilier avec la vie... Grâce vous soient rendues,    Caroline et Christophe, pour le café bien chaud, les toilettes sans courant d'air  et l'atmosphère sèche et douce de chez vous. Abondance de mercis aussi pour Capucine et Mathis, qui, bien qu'absents, ont permis à nos 3 petits chats mouillés de  trouver réconfort et distraction auprès des DS, poupées, légos et autres trésors... Promis, on tâchera d'oublier rapidement que vous avez essayé  de vous débarasser de mon Christophe en le scalpant avec une tasse brisée !
 Bref quand on a des amis la vie est plus jolie, et nous avons passé une super journée à profiter honteusement du confort qu'ils nous offraient...  avant de partir tous ensemble en    excursion au centre commercial, nous pour nous ravitailler, eux pour faire le plein de fournitures scolaires (enfin,  c'est ce qu'ils nous ont dit, on n'a pas vérifié le contenu du caddie !). Un McDo paraissait inévitable pour clôturer la journée, et nous reprîmes la  route vers notre lieu de séjour,    épuisés, apaisés et heureux...jusqu'à ce que la pluie reprenne (soit après 10 minutes de route).
 La pluie...notre fidèle compagne de cette semaine lyonnaise. Toujours présente, du matin au soir et du soir au matin, offrant parfois une vague  trève pour me laisser trouver le courage de me laver les cheveux, ou d'envisager un trajet tente-voiture sans être trempé... du coup, quand il  pleut, autant être vraiment mouillé, donc direction :    la piscine. Heureusement que    les enfants aiment l'eau, ils étaient    ravis de profiter du  centre aquatique voisin, et, bien que ce ne soit pas ma tasse de thé, j'étais moi aussi soulagé d'avoir de quoi les occuper !
 Mais n'allez pas croire qu'on a fait que ça ! Bravant la pluie et le froid (10° !!!), nous avons passé une journée à Salva Terra, parc médiéval  de la région. Les garçons ont pu   s'essayer à l'épée, créer leurs propres écus et admirer trouvères et troubadours, tandis que notre Coline assouvissait  enfin son rêve : une balade   à dos de petit âne...
 Grise et humide mais jamais morose, la semaine a tiré à sa fin avec la fête réunissant    une bonne partie de la nombreuse famille pour les anniversaires de  Marie-France, Jean-Marc et Marie-Christine. Il y avait bien longtemps que je n'avais pas vu tous mes cousins, et nous avons passé un très bon moment  à mesurer le temps qui passe,    faire connaissance avec les "nouveaux", discuter,    rigoler et dévorer les spécialités locales, délices pour nos papilles  de parisiens. Cerise sur le gâteau, papi et mamie avaient fait le déplacement pour le plus grand bonheur de Coline    qui ne les lâchait plus, tandis  que les garçons découvraient    les joies du skate en toute témérité.
 Le temps d'un dernier petit pélerinage pour admirer    mon ancienne maison et    la petite école où naquit ma vocation, et nous repliâmes tente et bagages pour  mettre le cap à l'ouest...

Retrouvailles avec la mer

C'est vrai que la campagne c'est très beau, mais dans notre famille, trois des cinq membres sont des poissons pour qui la mer en été est un besoin vital... Du coup, sur les bons conseils d'une de mes collègues, et après une traversée interminable de la France, nous sommes arrivés à Vendays-Montalivet, en Gironde, où un petit camping familial nous attendait.
Ô joie, ô bonheur du premier matin où un rayon de soleil a salué notre réveil... dès le petit déj englouti, direction la plage, de peur que l'éclaircie ne dure pas ! Et là, alors que les garçons retrouvaient leurs jeux aquatiques, Coline découvrait avec difficulté que l'Océan, ce n'est pas la Méditerrannée de l'an dernier (à 24 °). Imaginez la scène : une p'tite puce en couche et t-shirt qui court vers la mer sans écouter mes appels inquiets, se fait lécher un orteil par une vague un peu frisquette, et repart illico en sens inverse, gesticulant et criant "à l'aide ! à l'aide!"... Un bon fou-rire pour les parents sadiques que nous sommes.
La plage, la plage, et encore la plage... la demande des enfants était telle que nous avons usé et abusé de la plage durant plusieurs jours. Parfait pour moi, car cela voulait dire glande au soleil ou à l'abri du parasol (et de ma polaire), ou gros câlins avec ma coccinelle, tandis que les mâles investissaient l'espace : jeux dans l'eau, avec ou sans soleil, innombrables châteaux, barrages, digues, construits avec ou sans l'aide paternelle, cerf-volant les jours de vent, têtes à têtes créatifs, et goûters sablés... La plage quoi...
Il n'a pas fait très beau, mais la moindre éclaircie nous mettait en joie, et nous débordions d'énergie pour les balades et les visites : au phare de la pointe de Grave, la périlleuse ascension nous a permis de écouvrir un panorama venté mais magnifique, ainsi que de très belles images du Phare de Cordouan. Au moulin de Vensac, nous avons admiré les mécanismes d'époque encore en activité, et les garçons ont adoré voire le grain broyé pour devenir de la farine, dans laquelle Coline s'est évidemment roulée avec délectation. Le soir du 15 août, après la messe et la bénédiction de la mer, nous avons profité de la fête foraine et du feu d'artifice.
Mais une autre attraction se cachait non loin de notre petit campement : en effet, il y a plus de 10 ans, l'homme de la famille souffrit sang et eau pendant 2 mois lors de ses classes au Centre de Formation Maritime d'Hourtin. Nous avions décidé d'aller y jeter un petit coup d'oeil, histoire de visualiser le lieu. Après quelques tours et détours, nous sommes enfin arrivés devant la grille de cet énorme complexe militaire où tant d'appelés apprirent à marcher au pas, saluer et inscrire leur numéro matricule partout. Mais  là, quelle surprise ! le Centre est fermé depuis plusieurs années, et devrait être, dès l'an prochain, transformé en parc de loisirs... Du coup, Christophe a pu jouer les espions en s'infiltrant dans l'enceinte pour mitrailler les lieux et confronter ses souvenirs aux décors actuels. Impressionnés, les garçons ont posé des questions sur cet endroit, sur l'armée, sur le service militaire qui est bien sûr pour eux, comme pour bien des garçons plus âgés !, qu'une notion "historique"... Après ce petit crochet dans le passé, nous avons atterri à Hourtin-plage pour faire trempette... rapidement car un orage apocalyptique est arrivé, nous contraignant à trouver refuge... chez un glacier (et donc par conséquent à nous bourrer de glace... c'est malin...)
Heureusement, le lendemain la météo était plus clémente, et nous avons retrouvé la plage pour d'autres moments tranquilles... Mais ce répit ne fut que de courte durée, et l'automne s'imposa peu à peu, nous contraignant même à replier la tente sous la pluie le jour du départ... et donc à la remonter dans le jardin pour la faire sécher, une fois revenus dans notre BELLE REGION ENSOLEILLEE !!!
Les enfants gardent un super souvenir de la traversée en ferry entre le Verdon-sur-Mer et Royan, ultime balade touristique de ces vacances 2007.

De retour chez nous...

La vie a repris rapidement son petit cours tranquille, avec l'aide d'un agréable soleil enfin décidé à s'installer. Notre promenade le long de l'Allée Royale nous a obligé à sortir chapeaux et casquettes, avant de faire une petite halte à l'ombre pour faire les zozos avec papi Robert...
Louis est rentré en CE2, sans difficulté. L'effectif de la classe est chargé (33), mais la maîtresse tient son petit monde avec fermeté et autorité. Le retour des devoirs n'a pas suscité grand enthousiasme, mais la perspective du démarrage prochain des cours de tennis est un puissant stimulant. Notre grand est toujours aussi gentil et câlin, malgré quelques pointes de pré-adolescence par moments ("j'vois pas pourquoi il faut que je me lave, je suis pas sale moi, personne m'a dit que je sentais mauvais").
Grand étape pour Paul, avec l'entrée au CP; même maîtresse que Louis à l'époque, même méthode de lecture, même facilité d'apprentissage... pour le moment, tout roule. Pour lui cette année, c'est judo ou karaté, en tous cas un sport à kimono. Et toujours cette pointe d'enfance dans son costume de grand petit homme :
Moi : "Cet objet, il pèse en gros 50 kg"
Lui : "Ah... et en petit ?"
Notre petite Coline a retrouvé la crèche et son rythme de petite bonne femme; elle discute somme une pipelette, même si tout n'est pas très compréhensible pour les non-initiés. En ce moment, elle est fan de Kirikou dont elle adore lire et regarder les aventures. Du coup, elle parle de "la zyène" (la hyène), "la sossiè" (la sorcière), "le blufe" (le buffle), "Kikou" (Kirikou), comme s'ils faisaient partie de son univers quotidien...
Et bientôt, dans la rubrique des p'tits bouts, nous pourrons vous raconter les aventures d'un nouveau petit bonhomme ou d'une nouvelle petite puce... En effet, nous avons le grand bonheur d'attendre notre " petit(e) dernier(e)" , prévu(e) pour février prochain... De quoi remplir le Trafic, s'ajouter quelques cheveux blancs, et surtout découvrir encore un nouveau chemin plein d'amour et d'émerveillement....  

Les potins

 Pour se donner du courage pour la rentrée, tonton Lolo, tonton Julien et Alexis soufflent leurs bougies... Joyeux anniversaires à eux !

 Bienvenue à Faustine, que la cigogne a donc bien déposée chez Anne-Sophie et Rémi le 5 août. Beaucoup de bisous pour cette petite puce et toutes nos félicitations aux parents (et aux grands-parents, allez !)