La chronique d'Elodie - mars 2007

"Il y a un temps pour tout
Et un moment pour chaque chose sous le ciel"

On ne contredira par l'Ecclésiaste, et je vous propose donc une chronique qui relate un mois de mars qui, somme toute, s'est trouvé être un temps pour faire... pas grand'chose !

Quelques bougies pour Mamie

Chez nous, ce ne sont pas les hirondelles qui annoncent le printemps mais les bougies de mamie Christiane; cette année, elle avait de l'aide pour les souffler !
Ayant atteint l'âge autorisé, mamie a donc pu s'essayer aux courses de voitures... sur la PS2. Opposée à ses petits-fils, il faut bien avouer que la pauvre mamie n'avait guère de chance de franchir la ligne d'arrivée en vainqueur ! Mais elle s'est bien défendue et les garçons ont adoré être plus forts que leur mamie, pour une fois !
Et comme il y avait une météo printanière, une petite promenade digestive s'imposait histoire de laisser nos petits ouistitis se défouler..

De l'air, de l'air...

... et de l'eau, de l'eau ! Quand il pleut et qu'on est coincés à l'intérieur, on attend chaque éclaircie avec impatience ! Et quand celle-ci pointe le bout de son nez un dimanche, on charge papi et mamie en voiture pour profiter des environs...
Evidemment, on n'avance pas vite, car chacun trouve un super-jeu-préféré pour ralentir la cadence : Mimi CraCra s'éclate chaque fois qu'elle voit " de yo !!" (de l'eau) et patauge tant qu'elle peut dans les petites flaques.
 Paul profite des nombreux    roseaux (pourris ?) qui bordent la mare pour asperger son papi avec des espèces de petits poils accrochés sur les tiges...C'est très marrant, parce que ça adhère aux vêtements et au chapeau de papi !
Quant à Louis, toutes les occasions sont bonnes pour croiser le fer (âme de chevalier Jedi...)
Et, tandis que nous suivons la voie ferrée désaffectée, un wagon abandonné nous apparaît...et c'est parti pour une minutieuse exploration de l'engin, de bas en haut !
Bref, deux bonnes heures au grand air et... 1,2 km parcourus (à peu près). Mais tant pis, ça fait toujours du bien une bonne balade quand on est tous ensemble... Et puis quel plaisir de marquer son territoire avant de remonter en voiture !!

Un parrain en visite

L'été dernier, nous étions chez lui, et en ce début de printemps, Hugues, le parrain de Christophe, est venu poser ses valises chez nous le temps d'un week-end, pour offrir, accompagné de soeur Céline, une conférence de Carême à notre paroisse.
Tandis que les plus grands se délectaient de l'enseignement du moine, les plus jeunes profitaient des facéties du grand-tonton pour apprendre tours de magie extraordinaires et devinettes incroyables...
Merci à Hugues et soeur Céline pour ces si bons moments passés ensemble !

 Les loustics

Rien de majeur ces temps-ci pour  Louis et Paul... toujours accros aux Légos, ils réussissent à délaisser leurs briques pour quelques parties de PS2 (écraser maman au jeu de courses de voiture, c'est trop l'éclate !) ou d'interminables parties de Bonne Paye (vivement qu'ils s'amourachent d'un autre jeu !!!)
Leur petite soeur a retrouvé sa balançoire avec force cris de joie, bien que les giboulées en aient rendu la pratique hasardeuse...Qu'à cela ne tienne, savourer Barbapapa ou Caillou sur le canapé, c'est pas mal non plus !  

Les potins

 C'est vraiment la cata, la plupart des anniversaires d'avril sont passés à ce jour ! Mais on a bien pensé à Laure, Virginie, notre Loulou, Laurence et la petite Jeanne...et on est encore dans les temps pour Thomas et tonton Hugo.

 Retour des beaux jours rime avec remise en état du jardin... on vous attend quand vous voulez pour profiter de la luxuriante végétation !

 Petite blague que m'as transmise mon cher et tendre, et que je vous livre parce qu'elle décrit bien quelques scènes (presque) quotidiennes à mon boulot :
C'est l'histoire d'une institutrice de maternelle,au milieu de janvier, le mois le plus dur pour tout le monde...
 Un des gamins lui demande de l'aide pour mettre ses bottes pour aller en  récréation et, en effet, elles sont vraiment difficiles à enfiler.
 Après avoir poussé, tiré, repoussé et tiré dans tous les sens, les bottes sont  enfin chaussées et le gamin dit :  "Elles sont à l'envers, maîtresse".  La maîtresse attrape un coup de chaud quand elle s'aperçoit qu'en effet il y a  eu inversion des pieds...
 Bref, nouvelle galère pour les enlever et rebelote pour les remettre mais elle  réussit à garder son calme jusqu'à ce que les bottes soient rechaussées, aux  bons pieds.  Et là le gamin lui dit avec toute la candeur qui caractérise les enfants :  "C'est pas mes bottes".
A ce moment, elle fait un gros effort pour ne pas lui mettre une baffe, fait un tour sur elle-même en se mordant les lèvres, se calme et  lui demande pourquoi il ne l'a pas dit avant...  Comme le gamin voit bien qu'il a contrarié sa maîtresse, il ne répond pas. Elle  dit alors :  "Bon, allez, on les enlève" et elle se met à nouveau au boulot.
 Le deuxième pied est presque sorti quand le gamin poursuit :  "C'est pas mes bottes, c'est celle de mon frère, mais maman a dit que je dois  les mettre".
 Là, elle a envie de pleurer mais, une nouvelle fois, elle se calme et  entreprend de lui re- re- mettre ses bottes.
 L'opération est enfin terminée et la maîtresse se sent fière d'avoir réussi.  Pour aller jusqu'au bout, elle le met debout, lui fait enfiler son manteau, lui  met son cache-nez et lui demande :  "Où sont tes gants?".
 Et le gamin de répondre le plus simplement du monde : "Je les ai mis dans mes bottes."