La chronique d'Elodie - novembre 2006

[...]C'est hanté c'est vrai mais de gentils fantômes.
De monstres et de dragons que les gamins savent voir,
De pleurs et de bagarres, et de copieux quatre-heures,
"Finis tes devoirs",
"Il est trop lourd mon cartable",
"Laisse tranquille ton frère",
"Les enfants : à table !".
Bon, voilà, je suis dans une période "Bénabar", alors je le laisse introduire cette nouvelle chronique...parce qu'il parle si bien de ma maison !!

Derniers rayons...

...de soleil et de vélo. Avant que "la nature ne revête son blanc manteau de neige" (Robert Perret, Oeuvres d'enfance), nous avons poursuivi l'usure des pneus sur les petits chemins et les bosses du parc. De plus en plus à l'aise, les garçons jouent les cascadeurs et s'en donnent à coeur joie, sous l'oeil admiratif et ô combien fier de leur père adoré.
Plus prosaïque, Coline apprécie les joies des pauses casse-croûte; c'est l'instinct de survie ! La voilà prête pour un trekking en Thaïlande sac au dos avec tata Lili et tonton Hugo (et une bonne réserve de graille !!!!)

Une filleule à demeure

Durant les vacances de la Toussaint nous avons accueilli pendant quelques jours la jolie Margot, une des filleules de Christophe. Outre le plaisir d'avoir une fille de plus à la maison (et grande et dégourdie en plus !), cela nous a permis de tester la capacité des locaux et de la voiture à héberger et transporter une "famille nombreuse"...des fois qu'on remette ça, hein !
Après quelques plongeons élégants au centre aquatique voisin, nous avons bien évidemment atterri à Disney, encore aux couleurs d'Halloween. Malgré leurs précautions, les trois "grands" se sont fait attrapper par la sorcière d'Hansel et Gretel, et ont bien failli finir au court-bouillon ! Nous avons profité de la parade, et les garçons ont accompagné leur cousine dans ses rêveries de contes de fées...
Le truc rigolo, c'est que nous sommes "tombés" sur tata Mélanie, Hugo et leurs amis, en sortant du Train de la Mine. Du coup, nous avons tous ensemble pris d'assaut la Maison Hantée, où, bien sûr, "personne n'a eu peur" !!
Lorsque nous avons quitté le parc à la nuit bien tombée, Christophe et moi, épuisés, avons bien dû nous rendre à l'évidence : ces petits galopins ont vraiment plus d'énergie que nous !!!

Petits moment entre amis

Pour certains, descendre en vacances de neige ou dans le midi signifie faire une pause chez des amis qui habitent sur la route. Dans notre cas, ce sont nos copains "du sud" qui font halte chez nous quand ils sont de passage par ici ! Voilà comment nos CaroChris préférés sont passés faire un p'tit coucou sympa vite fait.
Coline s'est empressée de montrer tous ses jouets à Caroline, qui s'est d'ailleurs montrée très bon public, autant que Capucine ! Les trois gars, à peine réunis, ont disparu de la circulation jusqu'à l'heure cruciale du goûter, notre compagnie ne leur semblant pas primordiale pour passer le temps. Pour les hommes, évidemment, gros mots techniques et comparatifs high-tech étaient de rigueur. Bon, promis, la prochaine fois on passe chez vous (à moins que...vous ne venez pas à Noël, des fois ??)
Délicieux repas partagé aussi avec Florence et Jean-Luc, à peine débarqués du Maroc. Des photos qui font rêver, un couscous "comme là-bas", voilà de quoi se sentir un peu dépaysé... A moi aussi les joies de la découverte de la nouvelle maison, dont Christophe m'avait tant parlé. Vivement les fêtes dans le sous-sol, il y a de quoi en caser, du monde !
Merci pour ce bon moment passé ensemble; et si des fois la recette du couscous qui ne colle pas pouvait décider de voler jusqu'à moi, ça ravirait toute la famille !!
Enfin, découverte également du petit nid d'Hélène et Thomas. Bon, avec notre volumineux véhicule, trouver à se garer a été un peu épique (pourquoi tous les habitants de Boulogne restent-ils garés devant chez eux un samedi soir ???), mais après ça, nous avons passé une excellente soirée. J'avais l'impression de visiter un logement futuriste, avec la table qui se monte et se baisse en un clin d'oeil, la chambre qui apparaît ou disparaît comme par magie, et le lave-vaisselle aux commandes invisibles ! Et ces baies vitrées...ouah ! surtout quand on les claque...de l'extérieur, n'est-ce pas Hélène ? Merci pour les discussions plus ou moins philosophiques, et n'oublie pas, Thomas, que le stock de bandes collantes est en cours de création et n'attend que ton intervention ! Ta réputation d'exterminateur de souris est en jeu !

Menus travaux

Dans une maison, on n'a jamais fini de bricoler...Nous, c'est par "vagues" : on ne fait rien pendant des mois, et puis tout à coup on se lance ! Et là, en l'espace de quelques week-ends, métamorphosés en Charles et Caroline, nous accouchons du toit de la cabane (structure de bois avec une plaque de plexiglass au milieu, pour Aurélie que ça intéresse !) et d'un lit superposé flambant neuf grâce à une nouvelle planche de soutien, qui était à réparer depuis 6 mois !
Bref, maintenant on peut loger une personne de plus dans la maison (pas trop grosse, c'est quand même un lit d'enfant) et au moins 3 ou 4 dans la cabane...venez nombreux !!

Réintégration dans le Mammouth

6 novembre, date fatidique : j'ai été "réintégrée dans mes fonctions à mi-temps" dans une classe de Grande Section de Maternelle...à ma demande, alors c'était plutôt une bonne nouvelle. Sauf que décidément, l'administration (scolaire, pas pénitentiaire) et moi, on n'est pas très copines.
Après avoir rejeté ma demande et tous mes appels pour pouvoir reprendre en septembre (raison invoquée : 'Il y a une circulaire'), ces joyeux bureaucrates m'ont remise en piste avec le doux privilège de ne pas avoir de "complément de service" (une personne complétant mon mi-temps) fixe. Résultat : entre septembre et novembre, les élèves ont eu 5 enseignantes. Et à la rentrée de Toussaint, j'arrive comme une fleur, ignorant totalement qui allait compléter mon service...et même SI quelqu'un allait le compléter !
Pour les enfants, ça fait un peu de bousculade, mais alors pour les parents, c'est carrément cataclysmique ! Je pense que certains ont déjà dû inscrire leur progéniture en cours privé afin de "rattrapper le retard accumulé" (sic) et de "ne pas hypothéquer l'année de CP l'an prochain" (sic aussi). C'est vrai qu'au mois de novembre, on peut déjà prédire qui passera son bac avec mention en 2019 !
Bref, les premiers temps ont été durs durs, surtout avec les parents; 6 familles sur 26 seulement se sont déplacées à la réunion d'information que j'avais organisée.. et certains absents de me dire, le lundi : "je ne pouvais pas venir, je travaille dans la semaine, moi !" (et moi, couillon de la lune, tu crois que je fais des parties de pelote basque en sirotant une limonade avec ton loupiot et ses 25 compères?????). Et toute la classe est en manque de repères pour les règles de vie et le comportement...On passe beaucoup de temps à se taire, à ranger, à SE ranger...Grâce à Dieu, ça commence à payer, mais j'ai eu un gros coup de blues qui a encore un peu de mal à s'estomper.
Heureusement, le matin, dans la voiture, je chante avec Bénabar:
"Ca ira mieux demain, du moins je l'espère,
Parce que c'est déjà ce que je me suis dit hier"
...

Mes trois grenouilles

Coline persiste donc dans son bonheur à transporter les boîtes de conserve pour les empiler dans le salon; c'est très design comme déco. Les matins sans école, elle aime beaucoup prendre son petit déjeuner au milieu de ses frères, pour être aux premières loges au cas où l'un d'eux laisserait échapper une céréale...Elle est très joueuse et câline, et manifeste une passion débordante pour les animaux en peluche.
Depuis l'instauration du système d'argent de poche, Louis capitalise ses deniers avec âpreté. Pas suffisamment matérialiste tout de même pour accepter qu'on arrache sa dent qui ne tient presque plus...La petite souris peut bien attendre. Bon mot du mois : je lui raconte que j'ai vu quelques-unes de ses petites camarades d'école à leur cours de danse classique :
Moi :Il y avait Mathilde, Bertille, Yéléna, en tutus...
Lui: C'est qui, "Entutu" ??...
L'autre grippe-sous de la maison bien sûr c'est Paul...mais lui, n'ayant encore perdu aucune dent, se désole d'être moins riche que son frère. Et savoir que celui-ci a une dent qui va bientôt tomber le met un peu en rogne. Après s'être en vain tripoté toutes les dents histoire d'en déchausser une, il me dit, sur le ton de la confidence : "Si je fabrique une fausse dent pour la petite souris, est-ce qu'elle va me donner une fausse pièce ou une vraie ?". Faudrait voir à ne pas prendre la petite souris pour un jambon, mon mignon...

Les potins

 On a froid en décembre, on a froid...et pour cause, seule tata Lili se dévoue pour nous offrir quelques bougies à souffler !

 Pour les Girard de Taïwan : c'est toujours bon pour le 21 ? Parce qu'ici, tout le monde vous attend avec impatience !