La chronique d'Elodie - juillet 2006

Là-bas les tempos paraissent battre au rythme paresseux du temps
L'abandon, tout s'apprend
Caresses des vagues aux chauds courants
Le sable doux, bel et tendre amant
Là-bas les danses infinies nous mélangent et l'amour aime la vie
L'abandon, c'est appris...
Fredonner du Jean-Jacques en profitant du calme des vacances, où l'on s'abandonne au "rythme paresseux du temps"...le bonheur...

Dans l'eau et le feu de l'Esprit...

... Jeanne a été baptisée au tout début de ce mois de juillet. Belle cérémonie, où l'eau coulait à flot le long des nuques et des colonnes vertébrales, sous le "feu" du soleil extérieur...
Heureusement, les rafraîchissements à l'ombre de l'accueillante verdure ont permis à tous, petits et grands, de reprendre des forces. Paul s'est trouvé une grande amie en la personne d'Elise, ils étaient trop mignons. Coline a profité de sa marraine, refusant évidemment de dormir pour ne rien rater de la fête..


Les visiteurs venus d'orient

Juillet apporte le soleil, les vacances, et les cousins de Chine ! Retrouvailles avec tata Lili, Lucas et Elliot pour partager des jeux sans fin et quelques bêtises...
Même tonton Hugo a pu se joindre à nous pour un pique-nique pittoresque au bord de l'eau; occasion unique d'actualiser la traditionnelle photo de famille..., et pour Coline de faire le pitre avec mamie et papi.

On (n')est (pas) les champions !

Il y a huit ans, nous étions allés à Disney supporter les Bleus en finale de la Coupe du Monde, et l'euphorie qui a suivi la victoire reste un très bon souvenir...Alors autant s'y remettre cette année. Bon d'accord la famille s'est un peu agrandie, alors il a fallu faire quelques aménagements de programme...Mais une journée à Fontainebleau avec tata Claire, Maxime, Léna, Camille et mamie Christiane ne nous a pas empêchés de manifester notre soutient !
Tandis que les 3 garçons s'ingéniaient à fabriquer un piège à tata grandeur nature, les plus jeunes ne perdaient pas le Nord et restaient prudemment à proximité de la tarte au chocolat...
Il fallut pourtant lever le camp pour aller parachever notre maquillage avant d'investir la maison de Papounet et Nicole pour assister ensemble au match décisif. Las, le résultat nous est connu..."Zidane il a tapé" et nous voilà dans les choux...enfin, on a quand même "la coupe d'argent" comme dit Louis et c'est déjà pas si mal...Paul lui était ravi car il avait décidé qu'il était pour l'Italie, alors... Difficile de lui demander de contenir sa joie lors des tirs au but !
Je dois dire que l'ambiance franchement morose succédant à cette fin de match me dissuade de regarder à nouveau une autre rencontre...jusqu'à la prochaine finale de coupe du monde évidemment, mais dans ce cas, je prévoierai une triple dose de glace "Vanille-Brownie" de chez HaagenDasz pour me remonter le moral, au cas où !

Le grand Splasch

Le bon plan quand il fait très chaud, c'est d'avoir une piscine privée...ou, à défaut, d'avoir des amis qui ont des amis qui ont une piscine privée...et voilà comment on peut barboter tranquillement sans craindre d'exhiber à tout le monde ses petits bourrelets disgrâcieux et son bronzage inexistant...
Formidable opportunité pour les garçons de perfectionner leur technique de plongeon, accompagnés de Clémence et Samuel les z'amis z'aquatiques.

La saison des jeunes filles en blanc

Premiers week-ends de juillet chargés, avec des mariages à la pelle...Dont deux le même jour ! Estelle et Arnault ont ouvert la série en nous offrant une très belle cérémonie, et un bon coup de vieux ! En effet, beaucoup de jeunes "potentiellement mariables" présents dans l'assemblée ont fait partie de notre équipe d'aumônerie, il y a presque dix ans !
Quelques heures après, changement d'ambiance mais toujours autant d'émotion pour le mariage de Nicole et Alfred...Queqlues rythmes africains pour faire balancer la cérémonie et accompagner les mariés dans leur nouvelle vie...
Une semaine pour nous remettre de tout ça, et rebelote autour d' Anne-Sophie et Rémi, dans la chaleur et les effluves provençales de leur Var bien-aimé. Louis et Paul, enfants d'honneur pour l'occasion, ont su se montrer à la hauteur de la sublime mariée en restant relativement propres jusqu'après les photos !
Toute la journée était placée sous le signe du soleil et de la joie, et nous étions heureux de participer à ce grand jour, et de retrouver les oncles, tantes, cousins, cousines et petite-cousine venus des 4 coins de la France.
Je garde comme souvenir émerveillé l'ouverture du bal à la lumière des bougies, sur Le beau Danube bleu interprété par les invités...Merci à la coupure (inattendue) de courant pour avoir permis ce charmant et rare moment de magie, où chacun a su garder le sourire, jusqu'à ce que la lumière soit de nouveau !
Bonne route à tous ces nouveaux couples, dans cette grande et belle aventure qu'est le mariage !

Sur la route des vacances...

Mariage de (petite) cousine oblige, nous avons débuté nos vacances par une halte au coeur du Massif de la Sainte Baume, chez Hugues, le parrain de Christophe, moine bénédictin de son état. Quelques jours de ressourcement et de découvertes dans une région superbe, propice à toutes sortes d'activités : escalade, jeux avec diverses bêbêtes, balade-randonnée jusqu'à la grotte de la Sainte Baume (d'où on jouit d'un extraordinaire panorama), accompagnés par Soeur Céline, membre de la communauté, et Ali, ami du père Hugues et nouveau grand copain des garçons.
Entraînés par le chant des cigales, nous avons repris la route le coeur un peu serré de quitter ce beau lieu et ses habitants, mais tous joyeux de commencer nos vacances familiales...

Nos aventures au grand air

Cette année, nous avions décidé d'aller à Perpignan, ville chère à notre coeur car pleine de souvenirs heureux datant de nos premières années de mariage. Pas question de rompre avec notre idéal Ingallsien, donc direction Montescot, pour poser nos bagages dans une aire naturelle de camping (comme un camping à la ferme, mais sans ferme !).
Au programme : réveil au chant de Coline, petit-déj en plein air, journées bien remplies et bien chaudes, douches rapides car un p'tit peu frisquettes (pas cool, le ballon d'eau chaude !), et soirées tranquilles, à la lueur de notre lampe-tempête à toute épreuve...
C'est dans ce cadre très paisible que nous avons passé deux semaines et demi de bonheur total.
Découverte de la plage pour Coline, pour sa plus grande satisfaction : patauger, faire flic floc les fesses dans l'eau, jouer dans le sable, détruire les châteaux de sable patiemment construits par maman ou Paul et Louis, s'éclater avec papa...rien de tel pour venir à bout d'une petite fille pourtant pleine d'énergie !
De leur côté, les garçons n'en reviennent pas que la mer soit si chaude ! Du coup, ils s'en donnent à coeur joie dans les vagues, ou profitent du calme plat du lac de la Raho. Christophe leur a offert une panoplie parfaite de plongeurs, et Coline et moi les avons souvent regardé partir tous les 3 en exploration sous-marine, à la recherche de Némo.
Contrairement aux idées reçues, même en Méditerranée il ya des vagues parfois ! L'acquisition de planches de "surf" flambant neuves s'imposait donc..
Nous n'avons pas fait que buller sur la plage, loin de là ! Une journée à Perpignan nous a rappelé beaucoup de souvenirs... Les enfants se sont émerveillés de la visite au Palais des Rois de Majorque, ou de l'ascension du Castillet, d'où on domine la ville...
Elne, la petite ville toute proche du camping, renferme un trésor d'art roman avec un superbe cloître dont nous avons pu apprécier la beauté. Dans la même ville, nous avons découvert une étonnante demeure, écrin de l'histoire très émouvante de la Maternité Suisse; cette histoire bouleversante m'ayant arraché quelques larmes, les garçons s'inquiétaient de voir que j'avais "le nez tout rouge"...
Nos pérégrinations nous ont également menés à Banyuls (où on a acheté du Banyuls !), à Rivesaltes (où on a acheté du Muscat !), à Collioure (où on a acheté des glaces !!)...
On ne pouvait éviter une visite au Musée de la Préhistoire de Tautavel; les garçons ont été très intéressés, surtout par tous les silex et autes "shoppers" exposés en vitrine. Ils ont pu pratiquer le lancer de sagaie grâce au propulseur (pas facile... heureusement que les hommes préhistoriques avaient des Apéricubes, parce qu'effectivement la chasse au mammouth avec ce genre d'engin, ça devait être coton !)...Christophe a été fasciné par une démonstration de "comment faisait-on du feu à la préhistoire"...Du coup depuis, il s'entraîne dès qu'il peut pour y arriver à son tour (mais ça lui donne des crampes, pov'chéri...). Dès qu'il y parvient, je l'inscris à Koh-Lanta !
Mais LE souvenir mémorable reste la  balade au Col de L'Ouillat; j'en garde la saveur pour la chronique de la fin du mois (parce que sinon, j'aurais plus rien à dire !), mais sachez qu'on a bien failli ne pas en ressortir indemnes...

Vite fait pour les loustics

Paul a trouvé sa vocation : il sera vendeur "de livres, de bols et d'habits"...c'est sûr, à force de fréquenter les bouis-bouis attrape-touristes de la Côte, ça donne des idées ! Il a déjà commencé à ramasser moult coquillages, et espère les vendre "au moins 1 euro"...La question est : qui seront les clients ? J'ai comme l'impression qu'on va se faire avoir, dans l'histoire...
Louis reste fidèle à son désir de faire le même métier que papa (parce qu'il peut jouer à l'ordi toute la journée)...mais il ne comprend pas pourquoi son père n'a pas plus de vacances, alors qu'il lui suffit de dire à son chef qu'il a envie d'être en congés...Bienheureuse innocence...
Coline marche presque, en tous cas elle y met du coeur ! Elle dit "tiens", "viens", "donne", "non", "chat"...enfin, on comprend qu'elle veut dire ça, quoi ! Elle a enfin assez de cheveux pour que je lui mette des p'tits chouchous et des barrettes...qui tiennent 4 secondes chrono avant qu'elle les arrache en rigolant...

Les potins

 En août, on a pensé à Anaïs, Domitille et Margot, et on n'oubliera pas Elliot, Mélanie, Agathe et Elise...

 Merci aux De Saint Denis d'être passés nous voir; c'est toujours un plaisir !

 Tata Lili et tonton Hugo : j'espère que le site est à nouveau accessible, sinon il va falloir saisir les plus hautes autorités pour entrave à la liberté d'expression !