La chronique d'Elodie - avril 2004

Et, avec ce retour en force du printemps, il est temps pour nous de semer à la volée, pour que les saisons à venir soient longuement fleuries...
Nous nous y sommes mis en famille, chacun semant pour les autres des petits grains de joie et de soleil malgré le vent de la vie et les pluies parfois inattendues...Mais n'est-ce pas l'attention et "le temps que nous passons pour nos roses" qui rendent ces roses si précieuses en fin de compte?

Un printemps de plus pour notre petit bélier

Le mois a commencé en fanfare et en bougies...En effet, un certain samedi saint de 1999, à 16h05, un petit lutin de 3kg et des poussières atterrissait chez nous...Alors évidemment, 5 ans après, on ne pouvait pas déroger au gâteau ni à la sacro-sainte fête d'anniversaire !
Après avoir avec enthousiasme découvert et étrenné avec Paul le cadeau que nous lui faisions, Louis a donc reçu 8 petits copains de l'école pour partager avec eux un bon goûter et une chasse au trésor concoctée par Christophe avec amour... Jeux divers et éclats de rire ont rythmé l'après-midi, avant que la maison ne retrouve provisoirement son calme...
En effet, quelques jours plus tard la fête battait à nouveau son plein, avec les "copains qui ne sont pas l'école" cette fois-ci ! Alexis, Clémence, Eva, et Lucie étaient donc de la partie. Là encore, Louis était ravi, et nous aussi !
Bref, des cadeaux à gogo, et pas des moindres ! Le formidable déguisement de Staros (héros de San Ku Kaï) entièrement fait main par mamie Christiane a remporté un vif succès qui ne se dément pas !
Nous voilà donc maintenant au repos jusqu'aux 5 ans de Paul en juin 2006...il faut bien recharger les batteries et les réserves de bonbons !!!

Dans les pas de Charles Ingalls

Vous commencez à le savoir, l'admiration de Christophe pour le mythique héros de La Petite Maison dans la Prairie est sans borne...et c'est tant mieux pour moi, puisque cela m'a permis de le motiver afin de fabriquer de ses mains un superbe placard dans la chambre de Paul...fidèle à l'esprit de son illustre modèle, tout s'est passé en un temps record ( ilfaut préciser que   mon aide a été précieuse !), dans la bonne humeur et avec un savoir-faire et une efficacité étonnants...
Avant :   le néant. Un pan de mur inutile, cherchant désepérément un sens à sa vie.
Après :   un superbe placard, alliant fonctionnalité et beauté...
Entre les deux phases de l'opération : des trous, des trous et encore des trous à percer en haut , en bas, sur les côtés...et puis des vis, des vis, des vis à visser dans chaque trou !
Christophe y a donc gagné une légère paralysie du bras droit et quelques dizaines d'ampoules, mais également toute ma reconnaissance...
De plus, non content d'avoir fièrement relevé le défi, cette crème d'homme a voulu m'épargner la corvée du ménage d'après travaux, et s'est lancé dans le nettoyage de l'escalier couvert de poussière, avec un bon chiffon et...du "Pliz" (vous savez, le truc qui fait briller les meubles). Résultat garanti : l'escalier est étincelant comme un miroir... et glissant comme une patinoire...
Il est donc aisé d'imaginer la suite : moi, à l'étage, posant un pied résolu sur la première marche, me retrouvant soudainen apesanteur (n'en déplaise à Calo) avant de retrouver toute la gravité terrestre sur une une dizaine de marches...
Christophe et les garçons, par le fracas alertés, me tinrent à peu près ce langage :
"Sans mentir, si les dommages s'en rapportent à tout ce tapage
Tu es la reine des chutes dans l'escalier de bois".
NB: ces quelques phrases peuvent vous sembler familières tant elles sont, depuis, passées dans le domaine courant...
Et dommages il y eut...seulement, étant situés sur la partie charnue de mon anatomie, la décence nous interdit de publier les clichés ! Je dirais donc simplement qu'il m'a été pénible de m'asseoir durant plusieurs jours et qu'il est heureux que les occasions de me mettre en maillot de bain aient été nulles, car l'étoffe aurait été insuffisante pour masquer l'énorme bleu qui n'a fini que récemment par s'estomper !!

Au son des cloches...

Avec tout cela, nous sommes arrivés tranquillement vers les fêtes de Pâques... Nous avons de nouveau vécu la célébration de la Vigile Pascale en famille; l'an dernier, Paul avait rapidement sombré dans le sommeil, alors que Louis avait lutté jusqu'au bout pour rester réveillé (cf ma chronique d'avril 2003).
Et bien cette année, non seulement Louis n'a absolument pas fermé l'oeil, mais Paul non plus ! Bilan : 2h30 de messe bien "animée"...
Cela ne les a pourtant pas empêché d'émerger assez tôt le lendemain, pressés de savoir si les cloches étaient passées... Du coup, la chasse aux oeufs a commencé sous un soleil matinal timide mais bien présent...Il leur a parfois fallu unir leurs forces pour remplir leurs paniers, mais les trouvailles valaient la peine...
Nous avons eu droit, pour notre petit déjeuner à une brioche vendéenne faite maison s'il vous plaît, et pour la recette de laquelle Laurence aura notre éternelle reconnaissance...Dès notre café avalé, nous voilà en route pour le Parc Chaussy où d'autres oeufs attendent les petits gourmands, sous l'oeil bienveillant de Dame Cocotte sortie pour l'occasion...
Après cette abondante récolte, Christophe trouve encore la force de se lancer dans notre premier barbecue de l'année; ça, ça annonce l'été !! Et nous terminons l'après-midi en profitant du jardin avec une initiation à la pétanque, grâce aux boules miniatures offertes par Caroline et Christophe....

Des souris et des oeufs

Nous ne pouvions décemment pas terminer notre week-end pascal sans faire un sautchez Mickey et Minnie...Et ça valait le coup, rien que pour la décoration !
Nous avons eu une pensée pour Cyrille en voyant que les petites voitures d'Autopia étaient de nouveau en circulation... Du coup, une ballade s'imposait : belle décapotable, beau soleil, belle ambiance...
Il y avait du monde (vacances obligent), nous avons donc décidé de flâner tranquillement pour profiter des belles éclaircies...Paul a eu droit à son baptème de "sensations fortes" dans le mini "Train de la Mine" pour les petits, et, en digne frère de son frère (oui, bon, vous auriez dit ça comment, vous ??), il a A-DO-RE...vivement qu'il atteigne les 1m02 requis pour les attractions plus "secouantes" !

"Il y a du thym de la bruyère,
Et des bois de pins, rien de bien malin..."


Une semaine de vacances nous a permis de découvrir un nouveau petit coin de France, bien loin de nos plaines briardes....Nous avons en effet accepté l'hospitalité que nous offraient Anne et Patrice, et posé nos valises à Murs en provence, charmant petit village du Vaucluse, avec ses ruelles pentues, son château, et son "Crillon", restaurant de renommée internationale...
Après avoir "goûté" aux délices d'une boîte de truffes vieille de 60 ans (grâces soient rendues au grand-père de Patrice !), nous avons pu profiter de la région et des multiples promenades à y faire : Vénasque, d'où nous avons pu admirer le Mont Ventoux, Roussillon aux décors de "Death Valley",Avignon, son Pont et son Palais des papes, Gordes à flan de côteau, l'Abbaye de Sénanque...
Tout cela accompagnés de Laurent et Anne-Cécile, guides et marcheurs  patients et infatigables...ayant parfois dû "donner de leur personne" pour terminer les promenades (mais n'était-ce pas un bon entraînement ???)
Les petites jambes de nos garçons n'ont pas permis d'accumuler les kilomètres, mais elles les ont portés sur des petits sentiers fort sympathiques, où Laurent a pu s'adonner à sa passion pour les photographies d'art (en l'occurrence, une colonie de chenilles de 2m de long), Anne-Cécile à son goût du cache-cache, Louis et Paul à leur vocation pour les travaux publics, moi à mon plaisir de glander au soleil et Christophe à ses essais de montages photographiques....
Un petit clin d'oeil aux rédacteurs de Rivière des Pluies : depuis le temps que nous en entendions parler dans vos rubriques sans savoir de quoi il retournait....Et bien notre ignorance a pris fin : Anne-Cécile et Laurent nous ayant initiés aux joies (et aux douleurs) du "Jungle Speed", les témoignages de vos différents visiteurs à propos de ce jeu très... tribal prennent une toute autre dimension ! A savoir maintenant qui, de vous ou de nos hôtes, sont les plus mauvais joueurs...un tournoi s'imposera !
Nous sommes donc revenus gonflés d'air embaumant le thym et la lavande, et même un peu hâlés ! Merci donc à p'tit Zeb, ses parents et ses grands-parents, de nous avoir permis de partager tous ces bons moments...Le retour n'a pas été facile, mais on garde de biens beaux souvenirs...à suivre ?

Petit à petit, on devient moins petit

Et oui, chaque jour apporte son lot de progrès et de nouveautés...Au programme :
Paul n'a pas la langue dans sa poche, ni les oreilles d'ailleurs ! A la messe des Rameaux, alors que nous chantions innocemment "Pour tant de grâces, tant de bienfaits", il se retourne vers nous et s'exclame très peu discrètement : "On dit pas 'Bien fait' !"! Et c'est vrai qu'on leur fait la chasse à tous les deux lorsqu'ils se lancent ça à la figure...Mais là, un peu sorti du contexte, sa réaction était incompréhensible pour les gens qui nous entouraient, et on peut les comprendre...
A part ça, je crois vraiment que sa vocation médicale est en train de naître; après avoir soigneusement ausculté son papi et tenté de lui mettre une cuillère d'une propreté douteuse dans la bouche ("Ouv' la bouche, bébé")afin d'observer ses amygdales, il a décrété que le dit papi devait se reposer...et son médecin avec lui, cela étant le plus sûr moyen de garder un oeil sur le patient...Qu'en dit le docteur Julie ?
Il a maintenant bien compris que son entrée à l'école n'est qu'une question de mois, et l'impatience se fait sentir... c'est vrai qu'il est grand maintenant !
Monsieur Louis quant à lui commence à parler comme un pré-ado boutonneux; les contractions sont à l'honneur : on ne dit plus "Star Tours" mais "starte", "patafix" mais "pata", "skate board" mais "skate", "merci" mais "merss", "play station" mais "playstè"..."m'man" et "p'pa" sont au coin de la rue !!!
Ce jeune homme écrit à présent son prénom en attaché sans modèle, et avec fierté ! La maîtresse reste une référence absolue, mieux vaut ne pas la contredire (d'ailleurs, qui oserait contredire la maîtresse de ses enfants, n'est-ce pas ??).
Enfin, la prochaine affectation de Laurent est toute trouvée, puisqu'une brigade de gendarmes a pris possession du jardin depuis que Louis s'est découvert une passion pour ces petites bestioles, et qu'il a ramené à la maison une bonne partie de ceux qui envahissaient le jardin de ses grands-parents...Je suis à moitié ravie, mais je préfère ça aux crapauds, grenouilles ou autres bestioles gluantes avec lesquelles il va certainement tomber en amour un de ces jours (et si ce n'est lui, ce sera donc son frère !).


Les potins

  Pour ceux qui s'en souviennent...il y a 10 ans, le 1° mai 1994, nous nous sommes fiancés... 10 ans déjà, ça se fête !

  Au mois de mai, les bougies restent d'actualité ! On commence avec Lucas (qui n'est plus un bébé !!), talonné de près par Mamie Suzanne, tandis que Cyrille et Jean-Marc laissent à Dorian le soin de boucler le mois...Et au milieu de tout ça, moi aussi je prendrai un an ! Bref, 159 bougies à souffler...

  Félicitations aux petites petites cousines venues se faire admirer...bienvenue donc (si j'ai bonne mémoire !), à Lola, Léa et Margaux (le tiercé dans l'ordre ??)

  Carnet rose-suite : on annonce qu'une petite Maya est arrivée elle aussi, mais on attend la confirmation officielle... En tous cas, bienvenue à cette petite Petit !

  Tous nos voeux de bon rétablissement pour Caroline, Christophe et Capucine...petites natures, va ! Heureusement que Mathis a bon pied bon oeil lui...Comme quoi, c'est souverain de regarder pousser les fleurs !!!

  Parce que le mois de mai, c'est le mois de la Fête des Mamans, un petit message pour mes enfants, ceux que j'ai et ceux que j'espère, et pour les mamans que je connais et qui savent, comme moi, combien ils sont précieux...Avec les mots de Jean-Jacques, évidemment...
"Je leur dirai qu'ils sont nés de l'amour
Que nous les attendions passionnément,
Que chaque nuit s'efface au nouveau jour
Qu'ils seront grands mais qu'ils ont bien le temps
Oh Dieu qu'ils ont bien le temps !"