La chronique d'Elodie - novembre 2003

(proverbe tropical)
Que d'eau, que d'eau ! Après la canicule estivale, voilà le déluge automnal ! Et nous, non contents de nous prendre une rincée à chaque sortie de la maison, voilà-t-y pas que l'envie nous prend d'aller nous isoler en "zone humide"...Lisez un peu, vous comprendrez...


La ruée vers l'eau

Il était une fois un Papounet qui fêtait ses 60 ans. Comme ça n'arrive vraiment pas souvent dans une vie, ses enfants avaient décidé d'organiser quelque chose d'un peu exceptionnel...
Lors de nombreuses séances de "brainstorming", beaucoup d'idées avaient fusé, afin de réunir tout le monde :
une randonnée dans les hauts-plateaux tibétains ? bof, trop commun...
un baptème de plongée sous-marine dans les eaux turquoises des îles ? déjà vu...
l'escalade de l'Everest par la face Nord ? pff, pipi de chat...par la face Sud ? trop facile !
l'aller-retour pour Mars en vol privé ? trop confiné...
une semaine au milieu des aborigènes d'Amazonie ? trop de moustiques...
le tour du monde à vélo ? trop cher en rustines...
Bref, le désespoir nous gagnait lorsque soudain nous vint l'illumination... En automne en France, il fait froid, il fait gris, il pleut et on a le moral en baisse...La solution ? mais oui, évidemment...LA solution, c'est...
CENTER PARCS !!!!
Pourquoi ? Comment ça, pourquoi ? Je viens de vous le dire :
il fait froid : à Center Parcs, à 7 adultes et 8 enfants dans un cottage, on va se tenir chaud !!
il fait gris : à Center Parcs, on se moque de la couleur du ciel puisqu'on a tout le temps la tête sous l'eau !
il pleut : à Center Parcs, on ne sent plus la pluie, on DEVIENT soi-même la pluie tant notre corps se gorge d'eau tiède, ruisselant de myriades d'étoiles humides et luisantes (comme c'est poétique...)
Donc ça y est, on la tenait LA bonne idée...restait à tout mettre en place; 250€ de facture téléphonique plus tard, tout était fin prêt, et à nous l'aventure...
Et voilà comment on se retrouve tous ensemble les pieds dans l'eau et la tête dans les nuages...
Un week-end prolongé bien agréable. Notre Louis a fait de gros progrès sur son vélo, malgré des débuts difficiles où sa patience (et la mienne !) ont été mises à rude épreuve ! Mais son envie de suivre ses cousins a eu raison de ses hésitations et de la mauvaise volonté évidente de son vélo...Pour Paul, hélas, ce fut plus difficile, puisqu'il a dû se contenter du siège à l'arrière de mon vélo, ce qui était loin de le satisfaire ! Il ne cessait de me réclamer "moi, vélo !" en s'agitant tant bien que mal, manquant à plusieurs reprises de nous faire "verser" tous deux dans le fossé ! Promis mon Polochon, la prochaine fois on emmènera aussi ton vélo !
Quant à la piscine...que dire si ce n'est que mes enfants doivent être plus poissons que bélier et cancer ? Louis a confirmé ses fulgurants progrès en offrant à son Papounet ses  véritables premières traversées sans brassard...Rien ne lui fait peur, et il était bien difficile de le tirer hors de l'eau au moment du départ...Paul aussi s'est éclaté, surtout avec son bateau pirate qu'il traînait partout avec lui. Plus aucune réticence à mettre la tête sous l'eau, à courir, sauter et éclabousser à la ronde. Un petit regret pour nous : l'absence de toboggans pour les enfants, que Paul avait adorés lors de notre dernier séjour en Sologne (non, mais te fâche pas Laurent, c'était bien quand même !).
Bref, c'était super; barboter des heures, faire les pitres, rigoler avec les cousins, fatiguer Papounet, s'aventurer dans la Rivière Sauvage pas si sauvage que ça (non, mais te fâche pas Laurent, vraiment, c'était bien quand même !!), j'en passe et des meilleures...Il faut dire qu'ils étaient vraiment une bonne bande; les voilà, dans l'ordre décroissant : Margot, Louis et Hugo , Maxime, Léna , Paul, Agathe et Camille ...Quelle famille !!! Tous ont bien évidemment accepté avec enthousiasme d'aider Papounet à souffler ses bougies.
Mais n'allez pas croire, ce ne furent pas QUE des vacances, car Christophe a bien fait ses devoirs sous le contrôle vigilant de Margot. Et puis, cette chronique ne serait pas complète si je ne mentionnais pas notre folle épopée vers l'île aux enfants (mais non, pas l'émission de télé !!), où je risquai l'infarctus en tentant la traversée d'un pont suspendu avec Paul dans les bras... Riez, riez, mais moi je m'imaginais déjà plongenat dans les eaux (vraiment très) troubles en contrebas pour récupérer mon fils qui ne semblait pas s'apercevoir de la précarité de notre situation...Heureusement, on s'en est sortis, mais toutes ces émotions, ça épuise !
Du coup, notre voyage de retour fut très calme, les enfants ayant sombré dans un sommeil réparateur au bout de 10 km....Depuis la reprise de nos activités normales, ils ne cessent de parler de ce week-end et réclament la piscine à corps et à cris, leur séance hebdomadaire avec Christophe semblant à présent le minimum pour satisfaire leurs besoins aquatiques!

D'une pendaison à l'autre

Rappelez-vous, le mois dernier, je vous racontais notre pendaison de crémaillère...Et bien ce mois-ci, c'est Laure et Max qui avaient la bonne idée d'inaugurer officiellement leur nouvelle demeure. Comment faire?
Et bien, réunir plein de copains, cuisiner pour un régiment, craindre de manquer donc finalement cuisiner pour DEUX régiments, et, pour faire passer le tout, proposer un savoureux planteur à la goyave recette directe de la Martinique...Figurez-vous que je l'ai goûté ! Et franchement, ça vaut le coup de papilles, même pour les non-amateurs comme moi !
Christophe par contre a eu plus de mal avec l'espèce de liqueur à 120 degrés qu'il a pris idée de boire cul-sec...Il fumait un peu des oreilles après ça, mais il s'en est remis...
Les bonnes choses ayant toujours une fin, nous avons décidé de rentrer devant l'état de décomposition avancé des enfants, surtout Paul, peu habitués à veiller si tard, mais ravis d'en avoir l'opportunité !
Bref, merci à Laure, Max, Alexis et Nathanaël pour cette chouette soirée...Peut-être êtes-vous encore en train de ranger l'innommable bazar laissé par tous les enfants déchaînés....Bon courage !

"J'ai vu le ciel frémir de l'attente de l'aube..." (André Gide)

Un peu de poésie, ça ne fait pas de mal de temps en temps...L'attente, c'est précisément ce qui caractérise le temps de l'Avent dans lequel nous venons d'entrer...L'attente de cette aube nouvelle qui se lève à Noël pour ceux qui ont gardé en eux une part d'enfance ouverte à l'espérance et à l'émerveillement.
Ceux qui nous connaissent savent à quel point cette période de l'année est importante pour nous; c'est le retour des chants de Noël et des préparatifs joyeux. Christophe et moi avons donc installé le sapin qui, même peu garni, donnait déjà un air de fête à notre salle à manger.
Ensuite, nous avons sollenellement ouvert les cartons de décorations dans lequel les enfants ont puisé à leur guise de quoi augmenter la décoration de l'arbre. Pour Paul, c'était la première véritable participation à l'activité, et il s'en est très bien tiré. Toujours très appliqué, Louis se préoccupait beaucoup que les boules ne soient pas "toutes seules" sur le sapin, s'ingéniant donc à les grouper toutes au même endroit... Heureusement, quelques petites suggestions de papa et l'assurance que les boules aiment avoir un peu d'espace chacune, et tout est rentré dans l'ordre...
Et comme toujours, quel bonheur de contempler nos petits hommes en admiration devant le travail achevé...Rien de tel pour se sentir dans "l'esprit de Noël"...

"Si les petits cochons ne te mangent pas cette année...

...on te mettra avec les gros cochons l'année prochaine." n'est-ce pas papi Robert ? Et oui, une année de plus aussi pour lui ! L'occasion de se retrouver autour du traditionnel gâteau de petits beurres, certes un peu raté mais je tâcherai de faire mieux l'année prochaine ! L'occasion encore pour les garçons de postillonner sur le gâteau sous le fallacieux prétexte de souffler les bougies.
Il faisait froid et gris, un vrai temps de fin novembre, aussi nous sommes-nous lancés dans de grands concours de Boggle (où, je dois bien l'avouer, j'ai perdu !!!) et de mots croisés (où, je dois bien l'avouer, CHRISTOPHE a perdu !!!!!)
Mais, suite à une enquête approfondie, nous avons découvert que Mamie Suzanne usait d'un artifice afin de gagner : en effet, elle utilise une loupe sans doute créée par Q (l'inventeur, dans "James Bond") afin de décoder plus rapidement les définitions... Louis s'est empressé d'étudier cet objet de plus près, mais n'a rien trouvé d'anormal...Affaire à suivre...

Les mini-mecs en deux mots

Louis compte les jours et les nuits jusqu'à Noël, et trouve que c'est vraiment trop long d'attendre. Après avoir décoré le sapin, il a décrété que "ça serait très bien si Noël c'était demain"...Encore un peu de patience, bonhomme ! La liste au Père Noël se modifie au gré des pubs de la télé...il faut vraiment suivre pour ne pas être dépassé par ces mots barbares tels "poranjoforssamal", qui, bien évidemment, signifie ?? "Power Ranger force animale" enfin ! Dans la série des bons mots, un spécial pour tata Lili : te rappelles-tu ta version très enfantine du Petit Poucet, lorsque l'ogre rentre chez lui et déclare de sa grosse voix "ça sent la chair fraîche par ici " ? Et bien, Louis en a inventé une version végétarienne, lorsqu'il cherche Paul en grondant "ça sent la crême fraîche par ici"...
Délicieux, non ?
Paul fait des mots d'esprit inattendus, comme lorsqu'on lui fait remarquer qu'il a mis de la terre partout sur le siège de la voiture, que ce n'est pas bien, et qu'il répond avec aplomb "pas bien, a fait tonton Juju" en ecouant la tête d'un air grave. Heureusement qu'il a de l'humour, tonton Juju ! D'autant qu'avec l'aide de ce fameux tonton Juju, nous avons enfin terminé de retapisser la chambre de ce petit garnement. Il s'intéresse à tout, adore qu'on joue avec lui et voudrait pouvoir faire autant de choses que Louis, alors sa maladresse l'agace souvent...C'est dur dur d'être petit ! On fait des tentatives de "journées sans couches", record à battre : 2 changes en une matinée...A suivre.

Les potins

  C'est vrai que la préoccupation principale du mois de décembre, c'est la préparation de Noël...Mais ce n'est pas une raison pour se laisser aller du côté des anniversaires ! Heureusement que Mamie Suzanne et papi Robert ont, il y a 30 ans, donné de leur personne pour qu'on puisse avoir des bougies à souffler dans ce mois glacial...Alors:
BON ANNIVERSAIRE AURELIE !!!
30 ans, s'il vous plaît...On y pensera, malgré le décalage horaire !!

  Je tiens à rassurer celles qui s'inquiéteraient de mon état de santé suite à ma SPECTACULAIRE chute dans le cottage à
Center Parcs : JE VAIS BIEN, malgré un énorme bleu sur la cuisse et une jolie brûlure au genou gauche...La vie est un combat ! (Claire, s'il te plaît, arrête de rire !!!)

  "D'après que"...y'aurait des gens que ça énerverait de faire les courses de Noël....et ben pas nous ! Alors, hauts les coeurs, Noël, c'est qu'une fois par an !!!