La chronique d'Elodie - Mai 2002

  "Mois de mai frais et pluvieux, concert fabuleux "

Une fois encore, un célèbre adage représente exactement le mois qui se termine. En effet, côté météo, on ne peut pas dire qu'on a été gâtés. On a pu compter les jours de beau temps ! Cela nous a même valu quelques ballades bien arrosées, avec sprint final pour se mettre à l'abri avant la grosse rincée ! Mais ce mois de mai s'est terminé hier en apothéose avec le concert de Goldman que nous attendions  avec impatience. Je vous ferai grâce des détails des péripéties du voyage (n'est-ce pas les Baltaze ??) mais vous saurez au moins que nous sommes arrivés juste à temps, le Zénith était bondé et on se marchait dessus, mais il faut ce qu'il faut ! 

On s'est éclatés, ce matin on est épuisés et aphones mais ça valait vraiment le coup. Dans la salle,  le public était très disparate au niveau des âges, il y avait de toutes les générations. Vous ne verrez malheureusement aucun cliché de cette soirée de folie, car à l'entrée Christophe s'est fait confisquer son appareil photo ! Donc pour avoir une idée de l'ambiance, il faudra que vous y alliez !

A part ça, ce mois de mai nous a apporté un autre grand événement : le petit Lucas est né dans les  lointaines contrées de Chine le 4 mai ! Gros bisous et bienvenue à ce nouveau petit cousin, dont les  aventures pourraient déjà remplir un roman ! Nous avons tous hâte de le découvrir cet été. Cette date était aussi celle du mariage d'Aurélie, la cousine de Christophe. Vous trouverez dans l'album quelques photos de la délicieuse mariée et de son veinard de mari. Les parents n'ont pas été oubliés. Une  belle fête malgré le froid "nordique" qui nous a valu quelques coulures de nez au retour !!

Notre petit Paul marche à 4 pattes, grâce à l'efficace intervention de sa tata Claire. C'est  maintenant un vrai petit bolide à qui rien ne fait peur. Louis a bien du mal à protéger ses jouets  et ses constructions de ce petit Attila qui se précipite vers lui dès qu'il le voit. Ce petit bonhomme  dit très souvent "mamaa", ce qui, évidemment vous l'avez compris, signifie "maman chérie je t'aime très fort et est-ce que tu peux me donner un morceau de saucisson et un radis parce que j'ai faim et les  compotes j'en ai marre".En effet, à l'image de son père et de son frère c'est un morfale qui adore le salé, chips, gâteaux apéro, saucisses etc... A côté de ça, mon flan de semoule ne fait pas le poids. A propos de poids, il s'est bien affiné car il n'a pris que 530g en 1 mois 1/2... Peut-être faudra t'il bientôt dire adieu aux petits bourrelets...

Louis est en marche vers l'école, il m'épate par ses connaissances. Nous avons reçu ses "productions" de la  garderie, c'était très amusant de l'entendre décrire ses dessins. Nous les avons soigneusement mis à l'abri, peut-être q'un jour ça vaudra son pesant d'or... Depuis quelques temps, Louis nous reprend systématiquement lorsque nous disons "ouais", tout comme nous le  faisions pour lui; et ça marche, puisqu'à présent il ne le dit plus du tout. Du coup, on fait très attention à ce qu'on dit ! Le "bon mot " du mois date de quelques jours; nous avons l'habitude de faire tous les jours un petit moment de  bagarre tous ensemble sur le lit. A ce moment-là, je dis souvent "attention, ça va saigner,il va y avoir de la viande froide". Et un soir, Louis s'approche de moi et me regarde d'un air coquin en disant : "maman, est-ce que tu veux manger de la viande froide ?"

J'ai enfin retiré mon dossier d'inscritpion à la fac, il est en cours de "remplissage"; ça m'a fait drôle de retourner à la fac que j'ai quittée il y a ... 7 ans !En plus, avec mes bambinos et ma poussette, je ne me fondais  pas vraiment dans le paysage ! J'espère maintenant que mon dossier sera accepté afin de me replonger dans ce  domaine que j'aime tant ... Pour Christophe rien de nouveau, les batailles d'élastique n'existent plus pour cause de danger potentiel, alors  les journées sont plus calmes.

Mais comment, allais-je oublier cet importantissime événement ?? Quelques jours de vacances avec mes parents nous  ont permis de faire un "pélerinage" sur les lieux de ma toute petite enfance. J'ai ainsi découvert la maternité  où je suis née, les premières résidences de mes parents, et j'ai retrouvé avec émotion le parc où, en jouant avec ma soeur, nous sommes tombées dans un trou d'où nous avons bien failli ne pas sortir... Enfin, que de bons souvenirs plus ou moins présents, mais de belles vacances en tous les cas.

Ainsi se clôt cette chronique, en souhaitant à chacun un mois de juin radieux et rayonnant.